Afrique : la communication politique au service du paraître démocratique

1042 0

Sur un continent où la corruption a rendu vain tout exercice de persuasion électorale, à qui s’adresse la communication politique des dirigeants africains? Depuis les années 90, les hommes politiques du continent noir s’entourent de spécialistes de la communication dont les noms n’ont rien d’inconnu en France: Jacques Séguéla, Marc Bousquet, Jacques Attali, Thierry Saussez. Comme un air de déjà-vu…

La Françafrique de la communication politique

En France, après le succès de la campagne de Mitterrand de 1981, le Parlement se rend compte des dérives d’un système électoral déterminé majoritairement par la fortune personnelle des élus, les dépenses électorales n’étant alors pas plafonnées. Pour garantir l’égalité entre les candidats, l’Etat fournit dorénavant une aide substantielle, tentant ainsi de mettre un terme à la surenchère médiatique dans le domaine de la communication et du marketing politique. Coup dur pour l’élite communicante qui avait largement bénéficié de cette absence de législation.

Parallèlement en Afrique, un élan démocratique contraint les chefs d’Etat à investir le terrain du marketing politique pour se maintenir au pouvoir. Après des décennies de relations franco-africaines dictées par des intérêts strictement économiques, Mitterrand bouscule ce que beaucoup percevaient comme un reliquat du colonialisme, lors du discours tenu lors du sommet franco-africain de La Baule en 1989. Dorénavant l’aide économique de la France est conditionnée à la démocratisation et au respect des droits de l’Homme dans les pays concernés. La communauté internationale guette plus particulièrement l’instauration du multipartisme et de l’alternance, deux inconnues dans l’équation africaine où l’on nomme encore président un homme qui gouverne depuis plus de trente ans.

Être ou paraître démocratique ?

Aussi dès les années 90, si communication politique il y a en Afrique, c’est une communication dont les destinataires sont les Occidentaux, et non les électeurs. D’aucuns ont cru que l’émergence de la communication politique en Afrique répondait aux exigences d’un système multipartite – mais la présence de ces agences de communication françaises (Havas Advertising, Agence Médiatique…) plutôt que l’appel à des acteurs locaux, pourtant présents sur le territoire national, trahit leur véritable objectif de séduction internationale. Plutôt que la preuve d’une juste concurrence démocratique lors des élections, il s’agit bien davantage d’un voile de fumée destiné à rassurer les décideurs et investisseurs européens.

« L’Afrique, déshéritée, […] enrichit un corps de métier dont l’objectivité n’est évidemment pas le principal souci. »
–    Christophe Champin

Ces faiseurs d’image venus de France, souvent appelés « gourous blancs » dans les hautes sphères décisionnelles, offrent surtout à leurs clients un carnet de contacts bien établi, crucial dans cette quête de légitimité internationale. Il n’y a pas meilleure illustration de cette spécificité communicationnelle que la figure de Jacques Séguéla. Connu en France pour avoir été le conseiller de François Mitterrand, créateur du célèbre slogan « La force tranquille », il élabore indifféremment la communication de Paul Biya, président octogénaire du Cameroun depuis plus de trente ans et celle d’Abdou Diouf, qui représenta en 2000 un certain renouvellement démocratique au Sénégal.

Temps fort des élections, temps mort des décisions

Si la communication politique est devenue inévitable pour les présidents africains depuis les années 90, la communication publique tarde quant à elle à faire son apparition. Une fois élus, les hommes politiques négligent complètement de communiquer autour de leurs décisions et leurs projets. Cette lacune altère l’ensemble de l’accès à l’information sur le continent africain et empêche finalement toute tentative de débat au sein de la société civile, qui demeure ainsi ignorante des enjeux économiques et politiques nationaux.

Encore une fois, la présidence de Paul Biya au Cameroun est emblématique de ce paradoxe, entre boulimie de communication lors des élections et absence et inertie silencieuse par la suite. Ainsi, « l’homme lion », surnommé ainsi après sa première campagne électorale, n’est aujourd’hui présent sur le territoire national qu’à l’occasion de cérémonies, de rencontres diplomatiques ou à l’approche des élections. Le reste du temps, Paul Biya est en Suisse et la vie politique au point mort.

Facebook ou l’illusion de la gouvernance

Au Cameroun, les réseaux sociaux contribuent à donner l’illusion de la gouvernance. Le président fait notamment un usage régulier de Facebook dans un pays de plus en plus connecté: outils de communication publique pour les élus français, Paul Biya ne nourrit ses réseaux sociaux que d’extraits de discours datés et de photos d’archives. Rien de neuf, aucun discours récent mais une sorte de catalogue de déclarations aléatoires et consensuelles : le chef de l’état camerounais réussit l’exploit de créer du contenu avec absolument rien, faute d’avoir accompli quoique ce soit de substantiel en trente-trois ans d’exercice du pouvoir.

Le discours officiel qu’il y tient ne témoigne d’aucun projet politique concret, d’aucun objectif chiffré qui pourrait intéresser les électeurs mais semble encore une fois s’adresser aux décideurs occidentaux. « C’est l’intention qui compte », suggère la page Facebook du président camerounais. L’accent est mis sur le pluralisme et sur le respect de la constitution, des arguments qui font mouche auprès de la communauté internationale mais qui laissent indifférente la population camerounaise, laquelle fait chaque jour l’expérience de la répression de la liberté d’expression.

#BringBackOurInternet

Le 17 janvier 2017, le gouvernement camerounais coupe le réseau internet dans les régions anglophones du pays. La minorité anglophone du pays, qui représente 20% des 22 millions de Camerounais, réclamait depuis plusieurs mois un retour du fédéralisme, se sentant de plus en plus marginalisée face à la population francophone majoritaire. Face aux manifestations, le gouvernement de Yaoundé réplique dans la violence. La contestation s’organise sur les réseaux sociaux, des photos des manifestants battus et violentés par l’armée circulent et menacent l’image soigneusement construite d’une dictature apaisée.

Sur la page Facebook du président, aucune mention de cette coupure. Pour autant, à l’heure des débats sur la loi numérique et sur la création d’un droit universel d’accès à internet, pareil blackout numérique ne pouvait rester sans conséquence : grâce à une puissante diaspora, le hashtag #BringBackOurInternet attire l’attention de la communauté internationale sur ce qui sera qualifié par Edward Snowden du « futur de la répression ».

Vers un printemps africain ?

Si au contact des « gourous blancs », la communication des dirigeants africains s’est digitalisée, elle se repose encore trop sur une rhétorique creuse qui n’a pour unique vocation que de rassurer la communauté internationale et néglige donc l’exercice d’information et de persuasion des électeurs – un risque à l’heure des réseaux sociaux et des victoires des mouvements citoyens en Afrique (« Le Balai citoyen » au Burkina, « Y en a marre » au Sénégal, etc.)

Partout, les médias traditionnels, sous-financés, n’avaient pas réussi à créer le débat ou une quelconque dynamique d’opposition. Mais le caractère gratuit des réseaux sociaux ainsi que la large diffusion de la téléphonie en Afrique ces vingt dernières années semblent inverser la tendance. Le Cameroun risque d’atteindre bientôt un point de rupture, entre les aspirations de cette jeunesse connectée qui veut faire de Twitter et de Facebook des outils au profit d’une information transparente, des espaces de débat et de participation politique, et le gouvernement répressif de Paul Biya qui, absorbé par sa stratégie communicationnelle de maintien des apparences, a manifestement négligé les potentialités éminemment démocratiques du web.

Hélène Gombert

Sources :

– ABODO Samila Harifadja, « La communication politique en Afrique : nécessité ou futilité ? », avril21.eu, publié le 20 avril 2012, consulté le 04 février 2017

– CHAMPIN Christophe, « Le pactole de la communication politique en Afrique francophone », Les Cahiers du journalisme n°9, automne 2001, consulté le 5 février 2017

– KOUAGHEU Josiane « BringBackOurInternet ou la révolte des Camerounais privés de réseau » Le Monde abonnés, publié le 27 janvier 2017, consulté le 4 février 2017

– Comptes Facebook et Twitter du Paul Biya, président du Cameroun

Crédits :

1 – Photo de présentation

2 – ActuCameroun.com

3 – Captures d’écran de la page Facebook de Paul Biya (https://www.facebook.com/ PaulBiya.PageOfficielle/?nr)

4 – Capture d’écran Twitter (https://twitter.com/Snowden)

Total 2 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

Pas de commentaire on "Afrique : la communication politique au service du paraître démocratique"

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *