La communication selon Donald Trump

861 0

On nous avait prédit l’Apocalypse, ou parfois simplement la fin du monde sous la forme d’une troisième guerre mondiale. Les plus audacieux le comparaient à Hitler quand les sages nous promettaient une Amérique totalitaire. Force est de constater que le scénario actuel est moins spectaculaire que celui annoncé. Nous sommes ainsi contraints de nous pencher sur les ressorts de cette communication dynamitante, qui a fait d’un milliardaire aux tweets détonants le nouveau président des Etats-Unis.

Malaise dans la communication

crédits topito

La veille, il était encore perçu un triste clown populiste et sûrement fasciste; le lendemain il était le 45ème président des Etats-Unis d’Amérique dans l’hébétude presque unanime des médias. Le soir de son élection, son discours réconciliateur et les quelques amabilités vis à vis de son adversaire Hillary Clinton surprennent encore largement… le grand méchant loup de Wall Street aurait-il aussi des bonnes manières ? C’est à se demander dans quelle mesure les médias ont réellement compris celui contre qui ils ont fait campagne.
Si Trump a si unanimement déplu – rappelons que 6 journaux américains sur 200 l’ont soutenus – c’est par la tonalité de ses discours et la virulence de ses interventions, parfois haineuses, parfois vulgaires, toujours politiquement incorrectes. Etrangement c’est aussi la clé de son succès. De quoi mettre mal à l’aise les gardiens de bonnes mœurs.
Le discours de Trump pouvait sans doute être difficilement plus opposé à celui de son prédécesseur Barack Obama. Tribun subtil, Obama a cherché la réconciliation des communautés américaines dans la tendance qui est désormais celle du parti démocrate. A l’inverse, l’imprévisible Donald Trump n’a cessé de s’en prendre aux diverses communautés.
Et pourtant ce n’est pas au seul mâle blanc de la classe moyenne que Trump doit son élection, puisque 29 % des Latinos, 42 % des femmes (et 53 % des femmes blanches) et enfin 58 % des protestants ont votés pour un candidat aux dérapages xénophobes, misogynes et globalement insoupçonnable de puritanisme moral. De même, le milliardaire a réuni Wall Street et la classe moyenne, et cela autour d’un seul projet : « Make America great again ». Si ce n’est pas une mince affaire c’est un maigre discours, mais c’est peut-être l’élément qui a fait la différence. L’absence de projet national, d’un rêve à la hauteur de l’Amérique, aurait-il coûté la victoire aux démocrates ? C’est le diagnostic posé par Laure Mandeville dans son livre Qui est vraiment Donald Trump ?.
La journaliste qui avait prédit l’élection du candidat républicain, prouvant par là une finesse d’observation supérieure à la moyenne des observateurs, cherche à y analyser le phénomène dans toute sa complexité.

Quand l’oiseau bleu de Twitter se met à faire des « couacs »

Son triomphe, Trump le doit à sa figure sans doute plus qu’à ses discours. Il a su apparaître comme celui-à-qui-on-ne-la-fait-pas, celui aussi qui n’hésite pas à faire campagne contre la quasi-totalité des médias, celui enfin qui serait propre à défendre ses électeurs contre toutes les puissances – y compris celle de l’argent : on n’achète pas un milliardaire. Il a construit son édifice communicationnel sur une utilisation habile des réseaux sociaux : entre les mains de Donald Trump Twitter est une machine à buzz et l’oiseau bleu qui gazouille se met à faire des couacs ! Trump se situe ainsi souvent en dessous du niveau de réflexion de ses électeurs, mais il leur prouve aussi qu’il ne se soucie guère des convenances et redit encore et toujours son principal message : avec lui, les choses ne sont plus comme avant.

Comme le remarque dans Libération la chercheuse Katherine Cramer : le vote Trump c’est d’abord le vote dans un homme car « quand les gens votent pour un candidat, leur préoccupation principale n’est pas de savoir si les points de vue de cette personne leur correspondent, mais plutôt de savoir si cette personne leur ressemble
En accentuant le discours anti-Trump, les médias n’ont ainsi fait que renforcer sa figure. Car le candidat républicain, qui s’est improvisé son propre chargé de communication, est avant tout un pragmatique : hormis peut-être son patriotisme, Trump a misé son succès sur des actes et non des idées. Selon Laure Mandeville, une fondamentale incompréhension séparerait ainsi les médias du président élu : effrayés par les provocations de celui-ci, ceux-là ne comprendraient pas que les dérapages et les tweets ont pour fonction d’affirmer la force de son caractère encore bien davantage que celle de ses idées.

Conclusion : réfléchir avant d’inter-agir

Ainsi la communication à rebrousse poil de Donald Trump a propulsé à la tête de la première puissance mondiale l’homme le moins attendu de la campagne. Si cette stratégie, faisant la part belle à l’impulsion, forcera à s’interroger sur le caractère convenu de certains discours, elle n’en présente pas moins pour danger le risque de la réaction violente. En témoigne la récente agression d’un jeune handicapé aux cris de « Fuck Donald Trump ! Fuck with people ». A l’heure du tweet, la réflexion semble donc plus que jamais nécessaire, mais ne tiendra probablement pas en 140 caractères.

Bertrand Duguet

Sources :
• « Répliques », Le Phénomène Trump, France Culture, 24 décembre 2016
• Laure Mandeville, Qui est vraiment Donald Trump ?,Editions Equateurs, 2016
• Libération, « Trump : pourquoi les médias se sont trompés », par Frédéric Autran – 18
novembre 2016
• Libération, « Dédramatisons la victoire de Donald Trump », Par Nadia Marzouki – 17
novembre 2016
Crédits photos :
• Capture d’écran : Fusion, « The Collected Donald Trump: 107 of his worst, weirdest, and
most outrageous quotes », 24/06/16
http://fusion.net/story/305204/donald-trump-best-worst-quotes/
• Capture d’écran : Topito, « Top 12 des pires déclarations de Donald Trump, quelqu’un peut-il
le faire taire ? », 09/11/16
http://www.topito.com/top-declarations-donald-trump-le-candidat-sans-filtre
• Capture d’écran Twitter retrouvée sur le blog Elles Sandas, 09/05/16 :
http://www.ellezsandas.com/2016/06/hillary-clinton-donald-trump-fight-on.html
Total 0 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

Pas de commentaire on "La communication selon Donald Trump"

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *