Com & Société, Environnement

Quel packaging pour demain ?

En moyenne, nous utilisons et jetons tous 5 packagings par jour : qu’on le veuille ou non, nos vies sont désormais empaquetées. Premier média de la marque, le packaging est une des rares représentations tangibles de celle-ci et son porte-parole dans la première interaction avec le chaland. Il est enfin le témoin de la confrontation entre le produit et le consommateur durant l’épreuve de réalité pendant laquelle il s’assure que le contrat de marque est bien respecté (la lessive Ariel m’a-t-elle permis d’éradiquer ma tâche tout en préservant la couleur du vêtement ? Ma semaine de vacances au Club Med a-t-elle accru mon sentiment de bien-être ? Etc.).

Com & Société

La roux tourne

Roux ! scande l’affiche de l’exposition du musée Jean Jacques Henner dans la grisaille des couloirs du
métro parisien. Mais il s’agit moins ici, des roux que du roux, cette couleur incandescente qui teinte la
chevelure de nombreux personnages du peintre.

Com & Société, Médias

Le bouton like sur les réseaux sociaux

Pourquoi like-t-on ?
D’une part, le like est un signal, qui peut être de deux types. On peut liker pour exprimer une appréciation ou une émotion, ce qu’on caractérise de « like plein » : cette phrase vous a ému ou vous trouvez cette photo très belle, donc vous likez. On peut également liker pour maintenir le lien, il s’agit du « like pratique » : on like un contenu pour dire qu’on l’a vu, comme par exemple la photo de voyage de votre ami.e d’enfance.

Com & Société, Invités

Comair: Spéciale concours 2019

Comair vous propose tous ses conseils pour vous préparer au mieux au concours du CELSA, en répondant aux questions que vous nous avez posées. Cinq élèves qui représentent les cinq filières de L3, et qui ont brillament réussi vous donnent les clés pour pouvoir les rejoindre l’an prochain !

Agora, Com & Société, Politique

Face au Sénat, l’attitude énigmatique de l’ex chargé de mission dans la sécurité du président de la République et mis en examen, Alexandre Benalla

La stratégie de Benalla a évolué.  Désormais, l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron admet une « erreur » dans l’utilisation de ses passeports diplomatiques. Cependant, il demeure tout de même flou sur ses relations avec l’Élysée et nie toujours son implication dans l’affaire d’un contrat qu’il aurait négocié avec un oligarque russe -réputé proche de Vladimir Poutine- alors qu’il travaillait encore à l’Élysée. L’ex collaborateur du président serait salarié de cette société russe, pour une somme de 12 000 € mensuels.

Com & Société, Invités

L’édition à l’ère du numérique: entretien avec Ugo Bardeau, co-fondateur de Novelle

« C’est dingue, les gens lisent sur smartphone ! » s’exclame avec stupéfaction le personnage incarné par Pascal Greggory dans Doubles Vies. Le nouveau film d’Olivier Assayas, dans les salles depuis le 16 janvier, dépeint un monde de l’édition au tournant du numérique. Les craintes et interrogations qui y sont évoquées sont-elles légitimes ou trop caricaturales ? Les technologies numériques signent-elles l’arrêt de mort de l’édition, du livre voire de la lecture ?
Le numérique est un sujet récurrent dans le monde de l’édition. À tort ou à raison ? Pour alimenter ma réflexion à ce propos, je suis partie à la rencontre d’Ugo Bardeau, co-fondateur de Novelle.

Agora, Com & Société

La consultation en ligne, révélatrice d’une France toujours aussi critique mais peu investie ?

Le 15 décembre dernier, le CESE (conseil économique, social et environnemental) a lancé, comme réponse partielle aux manifestations des gilets jaunes, une consultation en ligne avec pour objectif de recueillir leurs revendications dans l’attente du grand débat national. La consultation couvre des sujets tels que les inégalités sociales, la justice fiscale, les inégalités territoriales, le pouvoir d’achat, la participation des citoyens ainsi que la transition écologique. Clôturée ce 4 janvier, les résultats ont néanmoins de quoi surprendre…

Agora, Com & Société

Tous des bras cassés

 

 

Fun fact: un hélicoptère dans la cour de l’Elysée
Sueurs froides au sommet de l’Etat et comme une atmosphère de révolte partout en France, notamment à Paris. Un hélicoptère était prêt « au cas où », samedi 8 décembre, à décoller de la cour de l’Elysée pour emmener Emmanuel Macron vers des contrées plus sûres et loin, très loin du jaune. À croire que les 600 personnes mobilisées autour du palais — gardes républicains, policiers, gendarmes — n’auraient pas suffit à calmer les craintes de notre jeune président. Événement assez similaire à la « fuite de Varennes » lorsque, dans la nuit du 20 au 21 juin 1791, une berline lourdement chargée du roi Louis XVI et de ses péchés s’éloignait discrètement de Paris en pleine Révolution. Prendre ses jambes à son cou avant que ce dernier ne soit coupé : tel est donc l’enseignement des deux chefs d’Etat. Mais il y a toutefois une nuance entre les deux personnages : quand Louis XVI avait l’humilité de se prétendre seulement monarque absolu, Emmanuel Macron parade en dieu de l’Olympe. Alors comment croire encore en notre Jupiter national qui, comme un roi du XVIIIe siècle, voudrait fuir la fureur du menu peuple ?