Logo de FastNCurious L'actualité
de la communication
par les étudiants
du Celsa.

Tendances

Les vitrines de Noël, la dernière illusion

En cette fin d’année 2018, Paris n’était pas vraiment une fête. Les manifestations – et les destructions attenantes – des Gilets Jaunes tout au long du mois de décembre ont sans doute largement participé à construire cette atmosphère. Pourtant, les Grands Magasins ont tenu bon et créé, comme chaque année, des décors extravagants pour leurs vitrines de Noël.
L’occasion pour nous de les aborder sous l’angle des sciences de l’information et la communication, pour lesquelles ces vitrines sont des objets hybrides, difficiles à saisir, à michemin entre écrins de protection  et étalages de produits.

+

Aya Nakamura : linguistique et pop culture

Son dernier clip, La dot, s’est classé numéro 2 des tendances Youtube en moins de 24h, son titre de référence, Djadja, totalise à présent plus de 260 millions de vues sur Youtube et que cela vous plaise ou non, Aya Nakamura est un des phénomènes culturels de 2018.

+

Les podcasts natifs ou le pouvoir de la voix

« Natif (adjectif). Qui est inné, naturel ; que l’on a de naissance ». En avril 2018, selon une étude de Médiamétrie, 4 millions de Français.es écoutent des podcasts natifs chaque mois. « La Poudre », « Quouïr », « Transfert », « NoFun », « Les Baladeurs », « Plan Culinaire »… Les séries de podcasts, aux thématiques originales, sont en effervescence depuis peu en France. L’engouement pour ce format unique est tel qu’il est devenu presque inné, naturel de glisser des écouteurs au creux de ses oreilles et de se laisser porter par la voix de Lauren Bastide (La Poudre) ou par celle d’un inconnu qui raconte son histoire.

+

Clips posthumes, images de la mort

Nous connaissions les textes posthumes, c’est-à-dire les textes publiés après la mort de l’auteur. Parfois inachevés, parfois incomplets, ils permettent aux lecteurs de lire jusqu’au bout, jusqu’à la dernière ligne de leur dernier manuscrit, les pensées, le style de leurs auteurs favoris. Maintenant, nous connaissons les clips posthumes, des clips publiés après la mort de l’artiste, faisant miroiter une image du passé.

+

Noël 2018 : Mash-up des publicités festives de l’année

Tic tac, tic tac. Plus que quelques jours avant Noël.Les vitrines des grands magasins sont décorées, les rues sont illuminées, et les publicités festives sont arrivées. Des étoiles dans les yeux, réchauffés par un feu de cheminée, revenons sur ces publicités qui lancent chaque année les festivités.

+

Trottinettes électriques : la mobilité made in California


Depuis près de six mois, les grandes agglomérations françaises voient leurs chaussées envahies par des myriades de petits bolides électriques. Ces nouveaux venus dans l’environnement urbain rejoignent les vélos, trottinettes mécaniques, gyropodes, overboard regroupés sous l’acronyme EDP, pour Engin de Déplacement Personnel.

+

« Welcome war criminals »

« Welcome war criminals ! » Tels étaient les mots peints sur le torse des Femen afin d’accueillir les chefs d’Etat et lancer la cérémonie de commémoration du 11 novembre et du centenaire de la paix à Paris. Celles-ci se sont introduites sous l’Arc de triomphe le 10 novembre et l’une d’elles a également fait une apparition le jour J portant le mot « hypocrisy » peint sur sa poitrine sous le regard des caméras et du monde entier. Entre invités scandaleux et récupération politique, l’hypocrisie semblait en effet être de mise lors de ces commémorations.

+

Pléthore de prix littéraires : que disent-ils de l’édition d’aujourd’hui ?

C’est comme un rapt, on est pris dans quelque chose qui nous dépasse”, déclarait Nicolas Mathieu sur le plateau de La Grande librairie à propos de son Prix Goncourt fraîchement reçu. Voilà qui illustre de nombreux questionnements à propos des prix littéraires. Quels sont les enjeux de cette surmédiatisation ? Quelles mutations de la figure de l’écrivain(e) à l’ère d’une culture de masse, tantôt bafouée, tantôt recherchée par un monde de l’édition soumis à des contraintes économiques croissantes ?

+

Clics et déclics du clip interactif

« Il n’y aura pas le moindre spectateur. Tout le monde sera participant. La performance exige des gens spéciaux, des artistes spéciaux et une culture complètement nouvelle. »
– extrait d’une lettre du compositeur russe A. Scriabine

+

Halloween, l’occasion de célébrer sa résurrection ?

Si on apprécie tant la fête d’Halloween, c’est parce qu’elle nous permet de cacher notre réelle identité, voire de la transformer en copiant des personnages de films, au travers de costumes et de maquillages. C’est aussi un grand moment pour les publicitaires et les marques : l’intérêt d’Halloween est d’installer une relation consensuelle entre la marque et sa cible. Halloween étant déjà connue et appréciée, les marques n’ont qu’à incorporer l’évènement dans leurs gammes de produits ou dans leurs services pour inciter à la consommation. Fêter serait-il devenu synonyme d’acheter ? En tous cas, les marques et les publicitaires l’ont bien assimilé.

+