Le déclin du martyr escamoté

Le déclin du martyr escamoté

8 Flares 8 Flares ×

 

Cette image est, peu ou prou, la seule épitaphe visuelle sérieuse que les médias aient diffusé pour « célébrer » la mort du leader taliban, Oussama ben Laden. Cette retenue est curieuse compte tenu du désamour, probablement tant unanime que légitime, dont souffrait cet ordonnateur des attentats du 11 septembre 2001. Mais pour comprendre le contraste que les chargés de communication de la Maison Blanche ont orchestré, déléguant aux médias le soin de le répéter et de le propager, peut-être faut-il retracer la généalogie de cet assassinat. Car le mépris de la justice commune dont Oussama ben Laden a été victime, fut-ce au nom de la vengeance nationale, transforme cette mort en exécution sommaire. Rien de moins. Heureusement, la question de la morale en politique ne nous concerne pas.

Reprenons. Il faut se rappeler le paradoxe où se fonde la terreur dont les attentats talibans procèdent. En effet, Oussama ben Laden est wahhabite et représente par là même ce segment musulman aniconique, particulièrement réticent aux différentes formes de la représentation et, par extension, au culte du spectacle. Or, la puissance symbolique des attentats talibans – suicide ou non – réside moins dans le phénomène que dans la monstration médiatique qui les reproduit a posteriori. Le carnage est « toujours » distant et la terreur, si elle est effective chez les populations directement impliquées, contamine la conscience collective par voie de médiation, par écrans interposés. A ce titre, les médias jouent pleinement leur rôle de – osons la tautologie – médiateurs entre deux espaces étrangers, naturellement voués à se méconnaitre.

Le premier versant de ce paradoxe réside donc en ce que les terroriste talibans vont à rebours de leur doctrine iconoclaste. Pour que les revendications de leur guérilla atteignent le fameux inconscient collectif, ils exploitent judicieusement la fascination démesurée – cette puissance consacrée – que la société occidentale voue à la messe des images médiatisées. Cette forme de terrorisme est donc fondée sur la visibilité du carnage, sur sa répétition par les images et sur le climat que cette « arme retournée » installe.

Or, quand Oussama ben Laden vient à mourir, les images viennent à manquer. Le commando ayant participé à la défaite du terroriste ne délivre aucune image. Le trophée national est jalousement conservé, privatisé, retenu. Comme si, privée de démonstration visuelle, la déclaration de la mort du premier des ennemis publics devenait indubitable, irrécusable. Les chargés de communication de la Maison Blanche, prétextant le respect du défunt et de ses convictions religieuses, opèrent donc un renversement des valeurs traditionnellement accordées aux pôles du complexe « image-texte ». Car la déclaration verbale de la défaite du terrorisme est immédiatement placée, dans les imaginaires occidentaux, en concurrence avec la non-image qui en est dévoilée. Ou plutôt, la seule image qui ait filtré du crible de la Maison Blanche excite-t-elle ces imaginaires irrités par des années de traque et de haine – régulièrement entretenue par une actualité chargée de nouveaux attentats. Le soulagement est ainsi frustré par un triomphe modeste, un martyr judicieusement refusé, un voyeurisme interdit. En fait, la véritable image se trouve hors du champ – dans le contrechamp, précisément – de la photographie de presse, à la croisée des regards suspendus de B. Obama et H. Clinton. La photographie employée en tête de cet article est ainsi composée que son centre est invisible, ou donné à voir dans le miroir de ses spectateurs affectés. Cette illustration unanimement reprise par les quotidiens papiers et numériques illustre parfaitement le pouvoir de suggestion des images – décuplé par la dissimulation. Le résultat de cette situation est nécessairement ambigu puisque la photographie des « chefs de guerre » insinue que le document visuel existe bel et bien, mais sous-entend que certains jugent le public inapte à en disposer et décident en conséquence de le dissimuler. Avec cette image, il est donc question de dévoiler la censure par contraste, en mettant en scène ceux qui la commandent.

Le second versant de ce paradoxe tient alors en ce que les funérailles médiatiques de Ben Laden sont célébrées sans les images crues et sanguines que les vengeances assouvies exhibent traditionnellement. Comme si, dans un ultime pied de nez, la présidence américaine refusait à Oussama ben Laden son véritable statut de paria taliban. Comme si, en escamotant la photographie finale, les U.S.A. remportaient par la ruse la compétition médiatique engagée et dominée par les terroristes depuis une décennie – exploitant habilement la soumission occidentale au régime des images. Pied de nez subtile, ou censure discrète… Car ici, la censure est le prix de la concorde.

 

Antoine Bonino

8 Flares Twitter 8 Facebook 0 Email -- Pin It Share 0 Buffer 0 LinkedIn 0 Google+ 0 8 Flares ×

Related posts

L’amour est aveugle ou le triomphe du corps à télévision

L'amour est aveugle ou le triomphe du corps à télévision

  Le titre de l'émission nous laisse instantanément entendre que les producteurs n'ont décidément rien compris à cette expression. Le principe de l'émission est simple : vous trouvez que les programmes de téléréalité sont trop superficiels ? Pas de problème ! TF1 est là pour nous sauver...

Est-ce en riant de tout qu’on fait n’importe quoi ?

Est-ce en riant de tout qu’on fait n’importe quoi ?

  La nouvelle vidéo de Rémi Gaillard, intitulée « Free Sex », fait partie des derniers bad buzz en date sur la toile. Cependant, le concept de la vidéo en question, somme toute assez simple, fait débat : par un jeu visuel de perspective dont il a le secret, l’humoriste montpelliérain du...

Buzz, clash, slut… Viens dans mon comic strip du web !

Buzz, clash, slut… Viens dans mon comic strip du web !

  Il y a de cela deux semaines, la chroniqueuse web Jack Parker a créé du remous sur la Toile avec la publication d’un article sur son Tumblr relatant l’agression sexuelle dont elle a été la victime dans le métro. Alors oui, encore un buzz, et qui commence à dater de surcroit, mais sur...

Assassin de la police

Assassin de la police

  Quand il s’agit de créer sans cesse de nouveaux vêtements, chaussures et accessoires, les marques de streetwear (Supreme, Nike) comme les maisons de mode (Yves Saint Laurent, Gucci) redoublent d’originalité. Cependant, ces dernières perdent cette folle créativité pour ce qui est de leur...

Le 4L Trophy ou la mise en scène de l’humanitaire

Le 4L Trophy ou la mise en scène de l'humanitaire

  « Le spectacle est le discours ininterrompu que l'ordre présent tient sur lui-même, son monologue élogieux (…). L'apparence fétichiste de pure objectivité dans les relations spectaculaires cache leur caractère de relation entre les hommes et les classes. » Guy Debord, La Société du...

“Connasse” : vipère à point

“Connasse” : vipère à point

  Court, simple, efficace. Et entre guillemets, puisque c’est ainsi que les autres l’appellent : dans la rue, dans les cafés, dans les taxis et tout autre lieu où elle tente d’étendre son territoire. A l’origine, “connasse” est le dérivé féminin de “connard”, provenant à son tour de...

Un Google à deux visages ?

Un Google à deux visages ?

  Les Jeux Olympiques d’Hiver, édition 2014, ont débuté ce vendredi 7 février à Sotchi. Une ouverture que Google a tenu à célébrer... à sa façon. Un logo revisité En effet, c’est avec un doodle aux couleurs du drapeau gay - impossible à rater en page d’accueil - que le célèbre moteur...

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Woody Allen sans jamais oser le demander

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Woody Allen sans jamais oser le demander

  Scoop Il y a quelques jours, Dylan Farrow, fille adoptive du fameux cinéaste Woody Allen, a publié un témoignage dans le New York Times où elle raconte qu'il a abusé d'elle alors qu'elle avait 7 ans. Des allégations que le réalisateur juge « fausses et honteuses ». Retour sur une...

Vivez heureux, vivez hasardeux

Vivez heureux, vivez hasardeux

  Tout est prévu : le clic, la recherche, tout se trouve, ce que vous voulez vous l’avez, et si vous n’en avez pas les moyens, l’on peut toujours vous le prêter. Toutes les avancées technologiques se sont fixées l’objectif d’accroître le contrôle qu’ont les hommes sur leur vie - voiture...

Le cinéma en France : à bout de souffle ?

Le cinéma en France : à bout de souffle ?

  Spielberg a dit : « Le public a un appétit pour tout ce qui touche à l’imaginaire, tout ce qui est éloigné de la réalité et que la création vous permet ». Ce public, si nécessaire au souffle même du cinéma, semble pourtant s’en être quelque peu détourné ces derniers temps… Les chiffres...

Schumacher, ou l’histoire d’un journalisme à deux vitesses

Schumacher, ou l’histoire d’un journalisme à deux vitesses

  Cela ne vous aura sans doute pas échappé, Michael Schumacher est hospitalisé depuis le 29 décembre au CHU de Grenoble à la suite d’un grave accident de ski. Maintenu dans un coma artificiel et souffrant d’un traumatisme crânien, son état est jugé critique, quoique stable. Alors que les...

Mea Culpa et course aux likes : les nouveaux ressorts de la communication humanitaire

Mea Culpa et course aux likes : les nouveaux ressorts de la communication humanitaire

  Deux regards noirs, presque accusateurs. Voilà comment Médecins du monde s’associe à l’agence Meanings pour sa nouvelle campagne de communication lancée début décembre 2013. Des yeux qui nous fixent et un slogan évocateur - « Médecins du monde, médecins de tout le monde » - qui...

Kalachnikov a eu un coup de pompe

Kalachnikov a eu un coup de pompe

  Le 23 décembre dernier mourrait Mikhaïl Kalachnikov, citoyen russe né le 10 novembre 1919 à Kouria en Sibérie. L’histoire retiendra de cet homme qu’il fut l’inventeur de l’arme la plus vendue de tous les temps, et qu’il est aujourd’hui célébré pour cela. À la guerre, blessé, Mikhail...

Le selfie de la discorde

Le selfie de la discorde

  JOHANNESBURG, 11 déc. 2013 Plus besoin de décrire l'image : Barack Obama, David Cameron et Helle Thorning Schmidt, respectivement chef d’État des États-Unis, du Royaume-Uni et du Danemark, posant tous les trois devant le Smartphone de cette dernière, immortalisant un « selfie » lors de...

3 Comments

  1. Observateur extérieur. 12 February 2012
    Répondre

    N'ayez pas peur de finir vos phrases et de simplifier votre discours. N'est pas Marcel Proust qui veut. Surtout que dans cet article, on perd le fil de l'idée au milieu de la phrase. Mais c'est peut-être une capacité propre aux gens du celsa (dont je ne fais pas partie) de comprendre cet écrit. Mais cela pose la question du public que vous souhaitez toucher.

    Sur le fond petite remarque, les talibans et Al Qaida ce n'est pas la même chose. C'est un amalgame aussi risqué qu'islamiste et musulman. Attention à ça, parce que la précision est important quand on veut communiquer ses idées.

    Votre conception de la société occidentale moderne, accro à la violence et aux images chocs pourrait se discuter encore que le point est (presque) justifié.

    Et sur le triomphe modeste des américains, j'ai du rêver en voyant les scènes de liesse devant la maison blanche et Times Square.

    Bien sur ces commentaires ne sont que des remarques d'un néophyte en communication et en géopolitique au regard de votre connaissance sur la situation en Afghanistan, sur la maison blanche et j'en passe. Mais cet article n'avait-il pas vocation à étudier cette image plutôt que de parler de Ben Laden comme chef d'Al Qaida et comme commanditaire des attentats du 11 septembre. C'est une nuance sémantique, qui prend tout sens au regard de l'acharnement des Etats-Unis à trouver Ben Laden.

    Bien Cordialement.

  2. Lolou 8 December 2011
    Répondre

    Génial, belle leçon de lecture d'image, Mr Souchier serait très fier! Je chipote mais je trouve ça juste un peu trop long (pas au niveau du raisonnement, c'est parfait! Mais des formulations, tournures etc, ça alourdit je trouve) du coup on a tendance à zapper des passages pour gagner du temps, ce qui est dommage…

  3. Amine 8 December 2011
    Répondre

    Excellent article !

Leave a comment