SHAME, ou comment raconter l’indicible ?

SHAME, ou comment raconter l’indicible ?

6 Flares 6 Flares ×

Parler de la honte est un pari difficile à relever. Par définition la honte semble être ce qui ne se raconte pas, ce que l’on tait, ce qui ronge de l’intérieur et qui malheureusement sans que l’on puisse l’éviter, finit toujours par s’extérioriser, se manifester physiquement : on rougit de honte, on sue, on tremble, on évite les regards. C’est bien parce qu’il est difficile de parler de la honte que la première parole prononcée dans Shame n’intervient qu’après un bon quart d’heure, que la plupart de la communication est corporelle, violente, bestiale. En effet, si on analyse brièvement la manière dont les deux protagonistes (Brandon et Sissy) dialoguent, une bonne partie se fait dans les cris, les hurlements, les coups portés à l’autre et à soi-même.

C’est ainsi que pour son deuxième film, Steve McQueen a décidé de mettre en scène un sujet qu’on qualifie aisément de tabou : l’addiction sexuelle (ou peut-être simplement la sexualité). L’affiche donne à voir un drap bleu recouvrant le corps nu du héros dont la main tend à se glisser au-dessous. Le drap cache ce que l’on ne saurait afficher et qui pourtant ici est à l’affiche, et la couleur bleue vient jouer le rôle de vernis de civilité. C’est la bienséance affichée, c’est la vie cliniquement approuvée : l’appartement de Brandon est bleu, gris, sobre, impeccablement rangé, presque inhabité ; Brandon s’habille dans les mêmes tons, avec une apparence soignée, insoupçonnable. Le drap, le bleu agissent donc bien comme une carapace opaque. A l’inverse, la couleur ocre, jaune, lumineuse intervient dans toutes les séquences où le héros perd sa maîtrise et entame sa ronde de coïts infernaux.

L’affiche met également l’accent sur le titre, court, sans appel. Certes il reste dans la tonalité de Hunger (premier film du réalisateur) mais est problématique puisqu’il convoque immédiatement la morale dans le traitement de la sexualité. Car le problème est bien là : pas de honte sans morale, pas de fou, de malade, de taré, de sexopathe sans jugement normatif, c’est-à-dire socialement établi. En somme pas de honte sans sentiment de faute, et pas de faute sans instance morale pour distinguer le bien du mal. Or s’il y a un domaine qui est normé, c’est bien celui de la sexualité. Dans le film, on distingue très clairement la sexualité saine de la sexualité maladive, perverse, animale. Il y a l’adultère bourgeois du patron de Brandon, propret, qui se fait à porte fermée. Et à l’opposé, la sexualité monstrueuse, pathologique, sans âme ni sentiment, qui annihile toute part d’humanité, qui confère à Brandon un regard lubrique, des gestes primaires et une bestialité mécanique. Mais là où Steve McQueen est fort, c’est qu’il montre déjà que le premier type de sexualité est tordu, Sissy (la sœur de Brandon) et le patron copulent allègrement dans le lit du frérot qui, dans la pièce à côté, entend tout et en est excité. L’adultère bourgeois nourrit la bête et semble, par procuration, ouvrir la porte à l’inceste de tragédie grecque.

Parler de la monstruosité au cinéma, de la perversité, de l’anormalité n’est pas nouveau. On peut penser aux Freaks de Tod Browning, à l’assassin pédophile de M Le Maudit, à l’adolescent perverti d’Orange mécanique. Mettre en scène la monstruosité est un exercice de style pour les cinéastes, mais qui s’est toujours accompagné d’un discours sur le jugement moral. Le pire des freaks, c’était bien la belle Cleopatra qui épousa un nain pour son argent ; le héros de Fritz Lang hurle que personne ne peut comprendre ce qui se passe dans la tête d’un monstre, que personne n’est habilité à condamner sans comprendre ; les soins administrés au jeune Alex de Stanley Kubrick semblent aussi barbares que ses virées nocturnes entre droogs. Si on retrouve dans ces films un double discours, c’est parce que, quand la morale traditionnelle n’est pas contestée, quand on ne sent pas le besoin de la renouveler, la réflexion languit. Et c’est le problème de Shame. A aucun moment on ne doute que la libido encombrante de Brandon soit une maladie et que, pour cela, il doive être puni. Ce qui pourrait être simplement considéré comme un handicap, au même titre que n’importe quel handicap, est ici moralement condamné. Soit que Steve McQueen semble mettre justement le doigt sur la tendance du public à condamner, juger la sexualité ; soit que Steve McQueen lui-même soit incapable de sortir d’une approche du sexe teintée d’une religiosité irritante. Un corps nu recouvert d’un drap rappellera toujours la représentation du Christ. Tout au long du film, ce corps se vit dans la souffrance, les coups, les blessures, les scarifications. Sissy, au physique de madone angélique, incarne le martyr qui expie les tares de son frère en se tranchant les veines : on la retrouve baignée dans son sang, les bras en croix, rappelant les stigmates. Enfin, à la fin du film, Brandon regarde le ciel qui vient apporter sa miséricorde et laver par la pluie les péchés du héros. Pour finir, la seule explication fournie pour expliquer la perversité de Brandon est donnée par sa sœur : « Nous ne sommes pas mauvais, nous venons d’un endroit mauvais », ce qui n’est pas sans rappeler les origines de l’Homme perverties par Adam et Eve.

Steve McQueen décide donc de parler de ce que l’on tait généralement : la honte liée à une sexualité vécue dans une société moralisatrice. Mais, s’il brise ainsi un silence encombrant et dépassé, il n’ouvre pas le dialogue et ne fait pas avancer la réflexion morale. Il ne ferme pas la bouche aux prétendus « améliorateurs de l’humanité » qui départagent les sains d’esprit des tarés pervers. Steve McQueen finit donc par transformer un sujet que les médias se plaisent à qualifier de brûlot, de subversif en une fable consensuelle et convenue. La nudité affichée des protagonistes n’est qu’une vulgarité artificielle utilisée afin que le film semble provocant, c’est-à-dire d’un genre que seuls les génies décomplexés peuvent se permettre. Et, le fait que Shame soit qualifié de « provocant » atteste que l’idée selon laquelle le cinéma, comme toute forme d’art, doit déboussoler l’ordre du bien pensé est, à notre époque, sclérosée.

 

Lola Kah

6 Flares Twitter 6 Facebook 0 Email -- Pin It Share 0 Buffer 0 LinkedIn 0 Google+ 0 6 Flares ×

Related posts

L’amour est aveugle ou le triomphe du corps à télévision

L'amour est aveugle ou le triomphe du corps à télévision

  Le titre de l'émission nous laisse instantanément entendre que les producteurs n'ont décidément rien compris à cette expression. Le principe de l'émission est simple : vous trouvez que les programmes de téléréalité sont trop superficiels ? Pas de problème ! TF1 est là pour nous sauver...

Est-ce en riant de tout qu’on fait n’importe quoi ?

Est-ce en riant de tout qu’on fait n’importe quoi ?

  La nouvelle vidéo de Rémi Gaillard, intitulée « Free Sex », fait partie des derniers bad buzz en date sur la toile. Cependant, le concept de la vidéo en question, somme toute assez simple, fait débat : par un jeu visuel de perspective dont il a le secret, l’humoriste montpelliérain du...

Buzz, clash, slut… Viens dans mon comic strip du web !

Buzz, clash, slut… Viens dans mon comic strip du web !

  Il y a de cela deux semaines, la chroniqueuse web Jack Parker a créé du remous sur la Toile avec la publication d’un article sur son Tumblr relatant l’agression sexuelle dont elle a été la victime dans le métro. Alors oui, encore un buzz, et qui commence à dater de surcroit, mais sur...

Assassin de la police

Assassin de la police

  Quand il s’agit de créer sans cesse de nouveaux vêtements, chaussures et accessoires, les marques de streetwear (Supreme, Nike) comme les maisons de mode (Yves Saint Laurent, Gucci) redoublent d’originalité. Cependant, ces dernières perdent cette folle créativité pour ce qui est de leur...

Le 4L Trophy ou la mise en scène de l’humanitaire

Le 4L Trophy ou la mise en scène de l'humanitaire

  « Le spectacle est le discours ininterrompu que l'ordre présent tient sur lui-même, son monologue élogieux (…). L'apparence fétichiste de pure objectivité dans les relations spectaculaires cache leur caractère de relation entre les hommes et les classes. » Guy Debord, La Société du...

“Connasse” : vipère à point

“Connasse” : vipère à point

  Court, simple, efficace. Et entre guillemets, puisque c’est ainsi que les autres l’appellent : dans la rue, dans les cafés, dans les taxis et tout autre lieu où elle tente d’étendre son territoire. A l’origine, “connasse” est le dérivé féminin de “connard”, provenant à son tour de...

Un Google à deux visages ?

Un Google à deux visages ?

  Les Jeux Olympiques d’Hiver, édition 2014, ont débuté ce vendredi 7 février à Sotchi. Une ouverture que Google a tenu à célébrer... à sa façon. Un logo revisité En effet, c’est avec un doodle aux couleurs du drapeau gay - impossible à rater en page d’accueil - que le célèbre moteur...

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Woody Allen sans jamais oser le demander

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Woody Allen sans jamais oser le demander

  Scoop Il y a quelques jours, Dylan Farrow, fille adoptive du fameux cinéaste Woody Allen, a publié un témoignage dans le New York Times où elle raconte qu'il a abusé d'elle alors qu'elle avait 7 ans. Des allégations que le réalisateur juge « fausses et honteuses ». Retour sur une...

Vivez heureux, vivez hasardeux

Vivez heureux, vivez hasardeux

  Tout est prévu : le clic, la recherche, tout se trouve, ce que vous voulez vous l’avez, et si vous n’en avez pas les moyens, l’on peut toujours vous le prêter. Toutes les avancées technologiques se sont fixées l’objectif d’accroître le contrôle qu’ont les hommes sur leur vie - voiture...

Le cinéma en France : à bout de souffle ?

Le cinéma en France : à bout de souffle ?

  Spielberg a dit : « Le public a un appétit pour tout ce qui touche à l’imaginaire, tout ce qui est éloigné de la réalité et que la création vous permet ». Ce public, si nécessaire au souffle même du cinéma, semble pourtant s’en être quelque peu détourné ces derniers temps… Les chiffres...

Schumacher, ou l’histoire d’un journalisme à deux vitesses

Schumacher, ou l’histoire d’un journalisme à deux vitesses

  Cela ne vous aura sans doute pas échappé, Michael Schumacher est hospitalisé depuis le 29 décembre au CHU de Grenoble à la suite d’un grave accident de ski. Maintenu dans un coma artificiel et souffrant d’un traumatisme crânien, son état est jugé critique, quoique stable. Alors que les...

Mea Culpa et course aux likes : les nouveaux ressorts de la communication humanitaire

Mea Culpa et course aux likes : les nouveaux ressorts de la communication humanitaire

  Deux regards noirs, presque accusateurs. Voilà comment Médecins du monde s’associe à l’agence Meanings pour sa nouvelle campagne de communication lancée début décembre 2013. Des yeux qui nous fixent et un slogan évocateur - « Médecins du monde, médecins de tout le monde » - qui...

Kalachnikov a eu un coup de pompe

Kalachnikov a eu un coup de pompe

  Le 23 décembre dernier mourrait Mikhaïl Kalachnikov, citoyen russe né le 10 novembre 1919 à Kouria en Sibérie. L’histoire retiendra de cet homme qu’il fut l’inventeur de l’arme la plus vendue de tous les temps, et qu’il est aujourd’hui célébré pour cela. À la guerre, blessé, Mikhail...

Le selfie de la discorde

Le selfie de la discorde

  JOHANNESBURG, 11 déc. 2013 Plus besoin de décrire l'image : Barack Obama, David Cameron et Helle Thorning Schmidt, respectivement chef d’État des États-Unis, du Royaume-Uni et du Danemark, posant tous les trois devant le Smartphone de cette dernière, immortalisant un « selfie » lors de...

3 Comments

  1. Margaux 23 May 2012
    Répondre

    Bel article.
    J'ajouterai peut-être une chose (qui va finalement un peu dans le sens de l'article): Shame est peut-être une illustration du rapport que les gens ont vis-à-vis de la sexualité aujourd'hui. Tabou. On est bien loin de l'érotisme de nos confrères antiques…
    Shame, encore un film qui traite de la "sexualité honteuse". Comme si la sexualité ne pouvait être que dérangeante…

  2. Kévin 9 January 2012
    Répondre

    C'est vraiment très bien écrit !

  3. Lolou 5 January 2012
    Répondre

    J'adore, je n'ai pas vu le film mais j'ai bien envie de le voir pour vérifier tout ça du coup! Très intéressant vraiment!

Leave a comment