Jacques a dit qu’il fallait que la campagne soit “participative”

1145 1
Capture d'écran du site bayrou.fr pour les présidentielles 2012

Ce n’est pas Jacques qui l’a dit, mais François – François Bayrou. Zoom sur son site de campagne plutôt… Etonnant.

A première vue, l’interface graphique ne semble pas des plus ergonomiques : si les cinq grandes rubriques apparaissent assez clairement en haut à droite de notre écran – « Actu », « Portrait », « Projet », « Méthode » et « Participez » –, on ne comprend pas très bien comment s’articule l’ensemble des éléments présents sur la page d’accueil du site.  Difficile d’un coup d’œil rapide de déceler la logique globale d’organisation, tant lesdits éléments sont nombreux et de nature diverse…

Le haut de l’espace est monopolisé par une bannière aux dimensions pour le moins imposantes : y défilent les photos des temps forts de l’actualité de campagne du candidat – ses dernières « initiatives »…

Vient ensuite un espace proprement dédié à l’actualité, dont on peut suivre « le fil », ou que l’on peut trier en fonction de thèmes. En termes de contenus, il s’agit à la fois de vidéos et d’articles plus classiques.

Si l’on continue à scroller, on arrive sur un espace nous proposant de « participer à changer la France » – rien que ça ! – en devenant « volontaire de campagne » – Quésako ? Les champs lexicaux de l’action et de l’interaction y sont abondamment développés – « prendre la parole et agir » ! –, et l’internaute est directement interpellé, comme le suggèrent les nombreuses apostrophes verbales – « Menez », « Proposez », « Devenez » ! Quand l’invitation se fait invective… Mais nous y reviendrons. Notons également à droite la présence d’une plateforme permettant de poster des messages de soutien. Si ce genre de dispositif apparaît de plus en plus courant sur internet, sa valeur symbolique est d’autant plus forte qu’il s’agit ici d’un site à caractère politique : François Bayrou laisse la possibilité au peuple de s’exprimer…

Il faut remarquer la manière étrange dont fait rupture l’espace qui suit – « Portrait ». Déjà, la couleur de fond change : du noir, nous passons au blanc. Si l’internaute ne perçoit pas nécessairement le changement de manière claire et consciente, il le ressent forcement : l’ambiance semble d’un coup plus solennelle. L’espace apparait comme une sorte d’îlot rassurant au milieu d’autres plus dynamiques, vantant l’action. D’ailleurs, le lexique employé est radicalement différent : « ses racines » et « ses combats » attirent immédiatement le regard et on retrouve des termes forts véhiculant des valeurs d’équilibre et de stabilité – « Les racines de François Bayrou sont pyrénéennes, terriennes et culturelles. L’éducation qu’il a reçue et les rencontres qui ont émaillé sa jeunesse ont forgé sa personnalité ». Ou l’art d’élever un mythe

Les deux derniers espaces sont dédiés à « son projet » et à « l’agenda ». Ici, le discours et les dispositifs apparaissent plus classiques. On retrouve notamment les trois grands axes du projet du candidat, ainsi que ses positions concernant les thèmes « clés » de la campagne.

On comprend donc lorsqu’on arrive enfin en bas (parce que, point négatif, il faut beaucoup scroller) que la page d’accueil décline les cinq grandes rubriques présentées en haut à gauche. De manière habile, soit dit en passant : la diversité des éléments et des contenus, leur forme et leur lexique, tout cela participe à véhiculer une image dynamique autour des valeurs de l’action, de la coopération et de la prise d’initiative. Le tout tempéré par la rubrique « portrait », qui donne un ancrage au candidat.

Le paroxysme de ce parti pris « participatif » est cependant poussé très loin. La rubrique « Participez » (qui ressort en orange) porte un concept particulièrement innovant : le site propose aux internautes de se porter « volontaires » pour tout un tas d’actions allant de l’impression/diffusion des propositions de Bayrou sur l’Ecole au téléchargement de l’application iPhone Bayrou 2012, en passant par le partage de vidéos de campagne sur Youtube ou l’adhésion à sa page Facebook… Et pour chaque action accomplie, pour chaque prise d’initiative, l’internaute – qui est devenu un « volontaire » – gagne des badges ainsi que des points, ou « décibels , qui lui permettent d’ « augmenter la puissance de sa voix »… Tout un programme.

Que penser d’une telle manière d’aborder l’engagement politique ? Que gagne François Bayrou à en faire une sorte de jeu ? Présenter les choses de façon ludique appelle certes à la mobilisation et rend la politique plus abordable ; et à travers une telle stratégie de gamification, l’équipe Communication de Bayrou lui donne les moyens de toucher un public plus jeune, friand de jeux en tout genre, et surtout d’interactivité. Quand engagement se confond avec participation…

 

Élodie Dureu

Source et crédits photo : bayrou.fr

Total 0 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

Un commentaire on "Jacques a dit qu’il fallait que la campagne soit “participative”"

  1. Lolou

    on peut aussi faire entrer ça dans une logique de séduction d'avantage que de présidentialisation. Bayrou et son équipe comm ont très bien compris que c'était un enjeu majeur de la campagne, d'intéresser bien sûr par ses idées, mais aussi d'attirer ceux qui sont un peu dégoûtés de la politique en changeant d'atmosphère et de tous ces "adultes corrompus dont on ne comprend pas les discours", comme le ressentent pas mal de jeunes…
    Très belle analyse d'un site très intéressant!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *