Téléréalité: recyclez-moi ces bimbos !

2138 0

Des personnes volontaires et sélectionnées sont mises en situation, filmées et leurs images sont montées et diffusées en épisodes : depuis Loft Story en 2001, le succès de la téléréalité n’a cessé de croitre, tellement que l’on a compté en 2015 pas moins de 36 émissions de téléréalité en France. Ce format télévisé repose en partie sur le choix des candidats, à celui qui permettra le plus d’audience et de buzz, à l’image du célèbre « Non mais allô quoi ! » de Nabilla Benattia. Comment choisir ces candidats pour un succès maximal ? Il semblerait que le recyclage des bons candidats soit la solution.

Cibler « le plus bête des français »

La téléréalité est souvent dévalorisée, rejetée dans les dires comme relevant d’un sens moral dévalorisant. C’est que son succès s’explique par un public varié, entre identification aux personnages ou, à l’inverse, contre-identification à ceux-ci. Qu’elle plaise ou non, la téléréalité est regardée. En effet elle doit être vue pour pouvoir en parler le lendemain ou la critiquer. C’est ce qu’explique Nathalie Nadaud Albertini, sociologue des médias interrogée par Le Monde : « De la même façon que l’on a expliqué le succès d' »Hélène et les garçons » en son temps. On regarde soit au second degré, soit parce que l’on est attaché à tel personnage parce qu’on y retrouve un peu de soi, soit pour pouvoir en parler avec les autres. ». Pour regarder la téléréalité, pas besoin d’aimer, en somme.

Ainsi, c’est un public varié qui vient augmenter l’audience des émissions. Et la cible est par ailleurs très large, puisque, comme le souligne une monteuse de téléréalité, l’émission doit être comprise par « le plus bête des français ». De cette manière on assiste à des épisodes très peu denses en contenu, avec des répétitions, commentaires et retours en arrières incessants. Dans le cas de l’émission de W9 Les Princes de l’amour, pour un épisode d’environ trente minutes, quatre minutes forment le générique de début, s’en suivent deux minutes de rappel des épisodes précédents puis l’épisode est ponctué de multiples flashbacks pour rappeler les évènements précédents. Il est donc possible de comprendre l’épisode sans avoir vu les autres, peu importe notre situation sur l’échelle de la bêtise humaine apparemment.

Quel cocktail idéal ?

L’avantage de la téléréalité sur les séries télévisées, c’est la gratuité du participant, qui veut « avoir le droit » de bénéficier de cette expérience. Seulement tout le monde ne peut pas être candidat. Il faut répondre à certaines caractéristiques pour constituer un groupe idéal, avec différentes personnalités qui vont attirer l’oeil du téléspectateur, et pour cela, rien de mieux que la bimbo.

Dans une interview des casteurs de téléréalité, sobrement intitulés à l’occasion « casteurs de cons », l’un deux explique : « La vérité, c’est que les chaînes veulent toujours la même chose : des gens trash et caricaturaux, des histoires d’amour, des plans culs et des prises de tête entre candidats. Le cocktail idéal, c’est bimbo, rigolo, beau gosse, médiateur et petit coq. ». Et ce n’est pas un cas à part, puisque une monteuse témoigne également « Il y a toujours la bimbo, le Belge et le jet-setter. ». Un schéma type du groupe des candidats qui permet d’exhiber des profils exacerbés, et qui, entre eux, vont créer des liens d’amitié, d’amour mais surtout du clash, des disputes qui vont permettre un maximum de commentaires sur l’émission.

Un autre casteur décrit à son tour le candidat idéal, dans le rôle de la bimbo : « Un bon candidat, c’est d’abord quelqu’un d’extrêmement caricatural. Si je vois une cagole, les sourcils épilés, le décolleté affriolant et qui mâche très fort son chewing-gum, je sais que c’est bon. Si, en plus, elle a un accent à couper au couteau et qu’elle massacre le français, c’est que du bonus ! ». Pour dénicher ces candidats caricaturaux, les casteurs épient les lieux qu’ils fréquentent le plus : réseaux sociaux, boites de nuits et salles de sport. Seulement, lorsque l’on trouve la perle rare, la bimbo parfaite, pourquoi s’en séparer ?

Tous les mêmes

La principale difficulté de la téléréalité est de faire durer sur des promesses qui ne peuvent être toutes tenues, comme la nouveauté des candidats, qui tendent à ressembler aux précédents. Si les premiers filmés escomptaient de la starification sans en être assurés, étant réellement spontanés, les candidats suivants ont surjoué leurs personnages pour s’assurer de devenir des stars. Pour contourner cet écueil, les téléréalités ont trouvé une astuce imparable : recycler les candidats. En effet, voir évoluer un candidat que l’on connait déjà, qui correspond au candidat type, dans différentes émissions, renouvelle les programmes et assure une audience, puisque le public suit ses nouveaux idoles. Depuis 2011, les émissions qui réutilisent des anciens candidats fusent, à commencer par l’émission phare du recyclage : Les Anges de la télé-réalité, diffusée sur NRJ12. Le concept est simple : reprendre des candidats d’autres émissions, au delà de la frontière des différentes chaînes, pour créer un nouveau groupe. Un ou deux candidats sont cependant des nouveaux, qualifiés d’ « anges anonymes », permettant un léger renouveau.

Les candidats qui enchainent les téléréalités deviennent de véritables professionnels de ces émissions, à l’image d’Amélie Nethen qui a participé à 11 émissions de téléréalité – dont 6 saisons des Anges et 3 de Secret Story – de 2010 à 2016. Seulement il semblerait plus intéressant de recycler les candidats sur des émissions différentes, plutôt que sur plusieurs saisons d’une même émission. En effet la saison 8 des Anges de la téléréalité annonce dans son teaser « de nouveaux candidats, encore jamais vus dans les Anges ».

Ces candidats ne sont pas pour autant novices de la téléréalité, puisque, pour la majorité, ils sont issus d’autres émissions telles que Secret Story, Qui veut épouser mon fils ?, The Voice et Koh-Lanta sur TF1, Les Princes de l’amour et Les Marseillais sur W9 et Friends Trip sur NRJ12 : un échange entre des chaînes et des formats différents de téléréalité, pour se renouveler tout en recyclant. C’est pour l’instant pari réussi puisque le lancement des Anges a battu des records avec 5,0% de part d’audience, le plaçant leader TNT. On n’a donc pas fini de voir des bimbos mâcher très fort leur chewing-gum nous annonçant : « ben moi je vais vous prouver qu’on n’a pas qu’une lune parce que c’est statistiquement impossible ».

BONUS :

Adélie Touleron
Twitter

Sources :

Grazia, Profession: casteurs de cons pour émissions de téléréalité, Patrick Thévenin, Fév. 2013 

Rue 89, Téléréalité: si les images se répètent, c’est que vous êtes trop bêtes, Barbara Krief, 14/02/2014

Le Monde, La téléréalité en questions, Joël Morio, 12/04/2013

Total 2 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

Pas de commentaire on "Téléréalité: recyclez-moi ces bimbos !"

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *