Fascisme, propagande et communication – The Man in the High Castle

1131 0

Pour faire réagir et créer un engagement, la communication use parfois de la provocation. En témoigne le marketing autour de la série The Man in the High Castle. La campagne d’affichage dans le métro new-yorkais ou encore le lancement de la webradio ResistanceRadio, ont créé la polémique. Une réelle mise en lumière pour la série diffusée par la plateforme vidéo Amazon qui nous invite à questionner notre rapport à la communication.

The Man in the High Castle, de quoi ça parle ?

Tirée du livre éponyme de Philip K. Dick, sorti en 1962, la série est produite par Ridley Scott et Frank Spotnitz (X-Files). Excusez du peu ! Le maître du haut château (en VF) est une série uchronique qui se demande à quoi ressemblerait la vie des Américains en 1962 si les Alliés avaient perdu la Seconde Guerre mondiale. Les États-Unis sont ainsi partagés entre les États Pacifiques Japonais, le Grand Reich Nazi et la zone neutre entre les deux.



On découvre ainsi La Statue de la Liberté faisant un salut nazi, Times Square au couleur du Reich et des svastikas sur la bannière étoilée. La série s’articule autour des conflits entre la Résistance, les Nazis et les Nippons pour récupérer une série de films (dans le roman, ce sont des livres, ils ont pensé à tout pour l’adaptation) montrant un autre passé – celui que l’on connaît – où ce sont les Alliés qui ont remporté la guerre.

Esthétique fasciste et communication.



Pour le lancement de la première saison, et en accord avec la Metropolitan Transportation Authority (MTA, l’équivalent de notre RATP), une rame fut repeinte pour reprendre l’esthétique fasciste et retranscrire dans le métro l’univers totalitaire de la série. La démarche montre l’énorme importance de la propagande dans l’espace public afin d’imposer la validité des théories de ceux qui dominent désormais.

Un choc pour certains usagers. Ces affiches étaient « irresponsables et offensantes envers les survivants de la Seconde Guerre mondiale et de l’Holocauste, leurs familles, ainsi qu’un nombre incalculable de New-Yorkais » pour Bill de Blasio, l’actuel maire de New-York. Et Adam Lisberg, porte parole de la MTA a déclaré : « À moins que vous pensiez qu’Amazon prône une invasion des États-Unis par les nazis, nos critères (d’affichage qui interdisent les affiches politiques dans les transports, ndr) sont remplis ».

Reste que la série réussit à faire parler d’elle avec ces affichages disruptifs qui manquent sans doute de contextualisation mais qui interrogent l’infraordinarité de ce qui tapisse nos transports en commun.

ResistanceRadio vs. le gouvernement Trump.



Après la deuxième saison, Amazon a lancé une webradio fictive afin de développer l’univers de la série via ce dispositif trans-media. Une référence au rôle important que joua la radio dans la Résistance avec, entre autre le célèbre « appel du 18 juin » du Général De Gaulle diffusé par la BBC. De plus, tout comme les livres du Maître du haut château du roman d’origine deviennent des films dans la série, la webradio témoigne de la remédiation et de l’intermédialité dans le travail d’adaptation. Marshall McLuhan aurait été ravi. Cependant, et tout comme pour Orson Wells et sa Guerre des Mondes, la réception donne lieu à des réactions inattendues.


 


En effet, les pro-Trump ont critiqué la webradio car elle attaquait selon eux l’actuel président. On notera ici l’ironie de l’amalgame que font ces propres soutiens entre Trump et les régimes fascistes de la série. Cette dernière se retrouve malgré elle dans la guerre contre les médias aux États-Unis.



Les opposants de Trump se tournent également vers la webradio et son appel à la résistance. Le traitement de la série et de sa communication change donc avec l’actualité géopolitique. Pourtant, comme nous le rappelle Brendan Brown, qui interprète un antiquaire, The Man in the High Castle cherche à imaginer une autre histoire et ne parle donc pas de l’usurpation des valeurs américaines. Si parallèle il peut y avoir donc, c’est avec n’importe quelle société où se joue un rapport de domination.

Une communication qui fait réfléchir !

Ce rapport de domination, justement, se retrouve dans la communication en deux temps autour la série. Si le marketing de la première saison se place du côté des dominants, la webradio est du côté des dominés. Il témoigne ainsi du rapport omniprésent dans la série entre les antagonistes et nous invite à questionner le lien entre média, espace public et espace privé. De plus, et si l’on se place dans une perspective anti-publicitaire, la communication de The Man in the High Castle dénonce un certain fascisme de la pub en démontrant le processus de normalisation. Oui, on aime les parallèles !



Mais plus sérieusement, la campagne nous rappelle également la naissance de la discipline des Sciences de l’Information et de la Communication et le traumatisme lié à la propagande. En témoignent les affiches de la campagne affublées de cette phrase : « Freedom is under control ». Un slogan aux accents orwelliens. On pourra ainsi faire un parallèle entre la série et 1984 (paru en 1949) où George Orwell montre le rôle de la propagande et de la novlangue pour assurer la soumission. À l’heure où les ventes du livre d’Orwell ont littéralement explosé, la série et sa campagne font sens aujourd’hui avec le phénomène de fake news. Bref, on a hâte de voir la promotion de la saison 3 !

Charles Fery

 

Crédits photos :

• Affiche The Man in the High Castle, Amazon.

• Carte de la répartition entre des Etats-Unis entre le Grand Reich Nazi, les Etats Japonais du Pacifique et la zone neutre, Wikipédia, The Man in the High Castle.

• Des svastikas sur Time Square, Euronews.

• Une rame du métro de New York le 24 novembre 2015 décorée des symboles de l’Allemagne nazie et de l’Empire du Japon pour la promotion de la série – TIMOTHY A. CLARY, AFP

• Capture d’écran https://resistanceradio.com/

• Capture d’écran du tweet de @ArriveBig

• Photo de l’affiche anti-trump avec l’esthétique nazie par Karen Fiorito, proudtobeademocrat.com

• Affiche de la série The Man in the High Castle, Amazon.

 

Sources :

• Delphine Rivet, La promo de The Man in the High Castle passe mal. Kombini.com. Consulté le 28/03/2017.

• Kyra, Le contexte de The Man in the High Castle. Kissmygeek.com. Publié le 25/11/2015. Consulté le 28/03/2017.

• Aochoa, Une promo étrange pour la série d’Amazon: The Man in the High Castle. Lesdessousdu7emeart.wordpress.com. Publié le 13/12/2015. Consulté le 28/03/2017.

resistanceradio.com

• John McCarty, Amazon’s Resistance Radio The Man In The High Castle triggers Trump supporters. Thedrum.com. Publié le 13/03/2017. Consulté le 28/03/2017.

• Margaux Dussert, Amazon fâche les pro-Trump. Ladn.eu. Publié le 17/03/2017. Consulté le 28/03/2017.

• Michael Nordine, « The Man in the High Castle »: Fight the Nazis (And Piss Off Trump Supporters) by Listening to « Resistance Radio ». Indiewire.com. Publié le 12/03/2017. Consulté le 28/03/2017.

• Liz Shannon Miller, « The Man in the High Castle »: What It’s Like to Make A Show About Fascism in The Age Of Trump. Indiewire.com. Publié le 14/12/2016. Consulté le 28/03/2017

• Heather Dockray, Confused Americans thought Amazon’s fake radio station was real and starting fighting on Twitter. Mashable.com. Publié le 13/03/2017. Consulté le 28/03/2017.

Total 1 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

Pas de commentaire on "Fascisme, propagande et communication – The Man in the High Castle"

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *