Kevin Spacey face au tribunal médiatique

391 0

Depuis le 30 octobre dernier, dans le cadre de « l’affaire Weinstein », l’acteur de House of Cards, Kevin Spacey, est accusé de harcèlement et de nombreuses agressions sexuelles. Aujourd’hui, une série d’articles bousculent toujours les rubriques de l’ensemble des médias internationaux afin de déchoir l’acteur oscarisé de Hollywood. Dès les premières semaines qui ont suivi le début du scandale, l’acteur a tenté de réagir à travers un semblant de mea culpa – dans lequel il expliquait ne pas se souvenir de son comportement inapproprié à cause de l’alcool. Aujourd’hui, Kevin Spacey tente de nouveau de rendre des comptes au peuple en assainissant son image, au travers d’un séjour en cure de désintoxication sexuelle aux côtés de Harvey Weinstein. Au même moment, Hollywood, en pleine tempête médiatique, se désolidarise in extenso de l’acteur en cherchant à le faire disparaître le plus rapidement possible de ses archives. Ainsi, alors que la réaction de la justice se fera sûrement attendre encore un moment, l’opinion publique se donne le rôle d’une cyberpolice dont les règles semblent être fixées selon le degré d’indignation morale que suscite chaque affaire.

Justice et médias : les « associés-rivaux »

Si on parle souvent du rôle joué par les médias pour rendre les procès médiatiques, on parle beaucoup moins des médias comme d’une véritable instance judiciaire. Professeur en sciences politiques, Yves Poirmeur dans son ouvrage Justice et Médias (2012), analyse les dynamiques et rapports d’interdépendances entre les deux principaux acteurs de la démocratie qu’il qualifie d’« associés-rivaux ». Il explique comment dans nos démocraties, chaque instance régule les excès de l’autre. Les tribunaux sont ainsi souvent convoqués afin de juger les excès médiatiques : diffamation, discrimination, atteinte à la vie privée, etc. A l’inverse, dans le cadre de l’affaire Spacey, la presse se donne pour mission de rétablir la justice. Il s’agit de dénoncer, à travers le cas de l’interprète de Frank Underwood, comment la justice n’est pas au service des victimes, mais au service de ceux qui ont les moyens de se défendre. En France, selon le Parisien, 93% des plaintes de harcèlement sexuel sont classées sans suite, soit par manque de « preuves concrètes », soit parce que la justice fait planer sur la victime le spectre du doute et de la remise en question, voire de la culpabilité. Les médias, représentants présumés du « vrai peuple », se sentent donc investis de cette mission sacrée : rétablir la justice, là où l’instance judiciaire n’est qu’injustice.

Le 4ème pouvoir : tribunal du XXIème siècle

Si les médias ont toujours été pionniers dans la révélation de scandales, ils tendent de plus en plus à jouer le rôle de juge dans les affaires médiatiques. Lorsque les révélations sur Kevin Spacey éclatent en octobre dernier, la presse ne s’est pas contentée d’adopter la traditionnelle posture du lanceur d’alerte ou du crieur public ; elle a aussi eu un rôle axiologique en condamnant le comportement du prédateur. On voit donc comment par son devoir d’information, la presse a aussi lancé une forme de procédure judiciaire dans laquelle l’opinion publique serait l’autorité suprême. Concrètement, c’est par tout l’emballement populaire autour des #MeToo aux USA et #BalanceTonPorc en France des réseaux sociaux, que les révélations ont directement eu des répercussions concrètes sur l’image de l’artiste et celle de Hollywood. Par effet boule de neige, Kevin Spacey s’est vu ‘cancelled’ par toute l’industrie du cinéma, jusqu’à être effacé du prochain film de Ridley Scott alors que le tournage était déjà achevé. Et ce, sans aucune intervention de la justice. Le cas Spacey nous permet donc de démontrer que le 4ème pouvoir n’est pas mort mais plus fort que jamais depuis l’avènement des réseaux sociaux.

Tribunal médiatique ou populisme médiatique ?

Le 3 juillet, lors de son discours au Congrès de Versailles, Emmanuel Macron glissait la recommandation suivante :

« J’appelle à la retenue, à en finir avec cette recherche incessante du scandale, avec le viol permanent de la présomption d’innocence, avec cette chasse à l’homme où parfois les réputations sont détruites. »

Il introduit alors malgré lui deux éléments de réflexion intéressants au sujet du tribunal médiatique : d’abord, sur son accusation à l’égard des médias, à constamment chercher le scandale ; mais aussi dans son analyse purement judiciaire du viol de la présomption d’innocence.

Il semble avant tout pertinent de rappeler l’intérêt des médias de masse à créer le scandale et à susciter l’indignation morale de l’opinion : faire du profit. C’est justement ce que théorise le philosophe Eric Deschavanne dans un article pour le journal en ligne Atlantico. Pour lui, la logique est simple : plus l’indignation est grande, plus il y a de buzz et plus il y a de bénéfice. C’est le « populisme médiatique ». Ainsi, tous les médias dits moralisateurs ne sont en ce sens, guidés que par un impératif de rentabilité, dont le scandale people est le principal carburant. L’affaire Kevin Spacey est donc une aubaine pour la presse internationale, puisqu’elle est l’exemple-type de ce qui marche le mieux : la mort médiatique d’un privilégié vivant dans l’aisance.

Une libération de la parole au détriment de la présomption d’innocence

De plus, pour le Président de la République, le dévoilement de scandales s’apparente à une chasse à l’homme qui violerait la présomption d’innocence. Il est clair que le rôle de tribunal médiatique endossé par l’opinion publique pose avant tout un problème éthique sur la privation du droit à la présomption d’innocence. Si les médias disent prendre des pincettes dans la divulgation d’informations au travers d’Unes de journaux comme « Kevin Spacey : présumé-agresseur » ou « Kevin Spacey accusé d’agressions sexuelles sur mineurs », ces expressions journalistiques sont en réalité tout à fait oxymoriques. En effet, une fois cette formule de précaution mentionnée, le reste de l’article s’attache à démontrer la véracité des accusations et incarne le catalyseur de vagues de tweets dénonçant le comportement de l’acteur, jugé de fait comme coupable.

Pourtant, si ce problème éthique sur la présomption d’innocence peut effectivement faire débat, il ne s’agit pas de tomber dans une réflexion réac’. Que la démarche entreprise par le 4ème pouvoir soit populiste ou non, n’oublions pas qu’elle permet avant tout une libération de la parole et qu’elle incarne une arme de taille dans la lutte contre les injustices et les abus permis par le système. En somme, le phénomène du tribunal médiatique ne peut être caricaturé comme une chasse aux sorcières ou apparenté à un simple lynchage médiatique de name and shaming. Il incarne au contraire la forme la plus pure d’une forme de démocratie selon laquelle la parole serait reconquise par les oubliés, au détriment des plus privilégiés mais au profit d’une communication sociale plus juste.

Thibault Grison

Sources :

Podcasts

  • Podcast, Le débat de midi sur France Inter, « Médias et justice : je t’aime, moi non plus ? », Dorothée Barba, 25 juillet 2017

Ouvrages

  • Yves Poirmeur, Justice et Médias, 2012, ed. L.G.D.J.

Sites web 

  • France Info, « Accusé d’agressions sexuelles, Kevin Spacey est définitivement écarté par Netflix de « House of Cards » », franceinfo avec AFP, novembre 2017
  • Elysée.fr, Discours du président de la république devant le parlement réuni en congrès, 3 juillet 2017
  • Atlantico, « Pourquoi il faut résister au populisme médiatique », Eric Deschavanne, Février 2017
  • Le temps, « «Fillongate» ou «tribunal médiatique»? Ces questions qui minent la droite française », Richard Werly, Janvier 2017

Crédits images :

  • Image 1 (photo de couverture) : Scoop Whoop, “16 Badass House Of Cards Quotes That You Can Use Everyday”, Mai 2015
  • Image 2 : Pascal Lachenaud pour l’AFP, Emmanuel Macron assailli par les journalistes, avril 2017
  • Image 3 : Photo-montage de captures de titres d’articles (Les Inrockuptibles, Konbini, Le Monde)
Total 11 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

Pas de commentaire on "Kevin Spacey face au tribunal médiatique"

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *