Hamon, la stratégie du papillon

226 0

« S’il vaut mieux être aimé que craint, ou être craint qu’aimé ? On peut répondre que le meilleur serait d’être l’un et l’autre. Mais, comme il est très difficile que les deux choses existent ensemble, je dis que, si l’une doit manquer, il est plus sûr d’être craint que d’être aimé. »

– Machiavel, Le Prince, Chapitre XVII

Cette équation semble se vérifier encore de nos jours au fil des élections. Un exemple : en Novembre 2016, un sondage IFOP pour Psychologies Magazine donnait Alain Juppé comme la personnalité politique « la plus gentille » parmi les candidats alors déclarés à la présidentielle. Le 14 Décembre, il était largement battu lors des primaires LR par le représentant de la droite sans compromis, François Fillon. La gentillesse serait-elle condamnée à être vue comme faiblesse dans l’imaginaire politique ?


Le Gentil Hamon


Manuel Valls lors de l’entre-deux tour des primaires de la Gauche décrivait son adversaire Benoit Hamon comme un candidat « laxiste », « candidat de l’insécurité » vivant « dans le monde des bisounours ». Pour autant, cette mise en garde d’un ancien premier ministre se revendiquant comme figure de l’intransigeance n’a pas découragé les électeurs de gauche qui ont décidé de miser sur le gentil Benoit Hamon et non sur l’austère Manuel Valls.

Car Benoit Hamon est le candidat de la gentillesse : il est gentil avec les pauvres, à qui il propose le revenu universel, gentil avec la planète, au point que le député écologiste Noël Mamère lui ait apporté son soutien, quant à ses tweets, ils sont l’exacte antithèse de ceux du grand méchant Trump, pleins de cet humour bon enfant qui le ferait passer pour le héros du Truman Show.

De fait, une certaine volonté d’éviter de monter le ton a marqué le second tour des primaires du PS et ses alliés côté Benoit Hamon. Confrontés aux vertes critiques de Manuel Valls, le clan Hamon répondait par la voix de Mathieu Hanotin, son directeur de campagne « tout ce qui est excessif devient vite insignifiant. Je pense qu’on est là très loin au-delà de l’excessif, donc on doit être aussi très loin au-delà de l’insignifiant ». La bave du crapaud n’atteint pas le papillon, au risque d’enfermer le nouveau leader du PS dans la catégorie du type gentil, qui refuse le combat politique.

Mais cette gentillesse, il va de soi qu’elle prend part au dispositif de communication de Benoît Hamon. Elle était d’ailleurs revendiquée par le candidat durant les primaires, discrètement, dans son QG du onzième étage de la tour Montparnasse. Derrière lui, une photographie de Mohammed Ali et son célèbre float like a butterfly, sting like a bee (« vole comme un papillon, pique comme une abeille ») qui laisse à penser que cette gentillesse n’est pas conçue sur le mode de la faiblesse. Car Mohammed Ali est le prince que Machiavel n’avait osé imaginer : l’alliage de la légèreté et de la grâce à la détermination et à la férocité.


Float like a butterfly, sting like a bee


Alors Hamon, Mohammed Ali de la politique ? Derrière ce modèle, une stratégie de communication qui va à rebours de la tendance générale. « Faire battre le cœur de la France » – le slogan de Benoit Hamon, c’est mettre en avant le thème de l’harmonie, de la tolérance, de l’humanité. « Nous sommes soixante-six millions de cœurs qui battent, ensemble faisons battre le cœur de la France » a conclu le candidat PS aux présidentielles, le soir de sa victoire aux primaires. Cette communication positive s’oppose à une communication basée sur le catastrophisme, qu’on retrouve chez les autres candidats déclarés aux présidentielles. En jeu aussi, la stature du chef de l’Etat. Hamon ne veut pas, par exemple, « casser la vaisselle » comme le revendique Jean-Luc Mélenchon. Le Prince de Machiavel devait inspirer la crainte pour couper court à toute remise en cause de son autorité. Hamon, lui, est plus modeste sur la fonction de chef de l’Etat. Sa gentillesse encourage à l’échange avec lui, dans une période où les idées de démocratie participative refleurissent.

Pour rassembler le PS, Hamon papillonne toujours. Frondeur convaincu, il déclare pourtant à France 2, au lendemain de sa victoire à la primaire que le bilan du quinquennat n’est pas « indéfendable », soulignant « des éléments évidemment positifs ». « Je n’ai jamais considéré qu’il était indéfendable », explique-t-il, en citant plusieurs « bons combats » ces dernières années : l’opposition face au TAFTA, le compte pénibilité, la création de postes dans l’Éducation nationale… On peut y voir la volonté de tendre la main à l’aile droite du PS, à cette gauche de gouvernement qui pourrait être tentée de rejoindre Emmanuel Macron. Mais à l’heure ou seulement 4% des Français se disent satisfaits de l’action de François Hollande (Sondage Cevipof sur 17 000 personnes ) on peut se demander si cette stratégie du rassemblement ne va pas lui être dommageable.

Alors jusqu’où le papillon va-t-il pouvoir voler avant de devoir se muer en l’abeille féroce ? Car il faudra bien marquer un visage plus dur pour paraître présidentiable. « Challenge accepté » semble dire aux journalistes, aux lecteurs, aux membres de son équipe de campagne, l’affiche du bureau tour Montparnasse. Dans le coin droit, les gants n’attendent plus qu’à être décrochés.

Gaël Flaugère

LinkedIn

Sources :

LCI, Journée de la gentillesse : Nicolas Sarkozy (encore) moins sympa que Marine Le Pen selon un sondage, 2 Novembre 2016 http://www.lci.fr/elections/journee-de-la-gentillesse-nicolas-sarkozy-encore-moins-sympa-que-marine-le-penselon-un-sondage-2010687.html

Le Parisien, Hamon « là pour en découdre », 11 Janvier 2017 http://www.leparisien.fr/politique/hamon-la-pour-endecoudre-11-01-2017-6551352.php

ComPol, Hamon, Valls, Montebourg… : leur communication sur le bilan présidentiel, Stanislas noyer, 30 Janvier 2017 http://www.compol.media/hamon-valls-montebourg-communication-bilan-presidentiel

RTL, Primaire de la gauche : pourquoi Valls attaque Hamon sur l’islamisme et l’insécurité, Vincent Derosier, 25 Janvier 2017 http://www.rtl.fr/actu/politique/primaire-de-la-gauche-pourquoi-valls-attaque-hamon-sur-l-islamisme-et-linsecurite-7786915775

20minutes, Primaire à gauche: Noël Mamère apporte son soutien à Benoît Hamon, 27 Janvier 2017 http://www.20minutes.fr/politique/2004307-20170127-primaire-gauche-noel-mamere-apporte-soutien-benoit-hamon

Crédits photo :

Haikudeck.com https://www.haikudeck.com/float-like-a-butterfly-sting-like-a-bee-uncategorized-presentationygxI4AVnZg

Bertrand Langlois, Afp, Photomontage

Philippe Lavigne / Le Parisienhttp://www.leparisien.fr/politique/hamon-la-pour-en-decoudre-11-01-2017-6551352.php

Total 0 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

Pas de commentaire on "Hamon, la stratégie du papillon"

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *