La ralette des moi

La ralette des moi

4 Flares 4 Flares ×

En ce début d’année 2012, dans ce blog sérieux et cette rubrique d’actualité, j’aurais pu intituler cet article Zoom sur la crise !, vous parler de la morosité de ces dernières fêtes, des dernières tendances, du renouveau dans les campagnes de communication. Oui, sur tout cela j’aurais pu écrire, mais aujourd’hui, je vais faire comme tout le monde : je vais vous parler de la Galette des Rois. Durant ces temps d’épiphanie, le sujet est on ne peut plus d’actualité. La Galette est partout sur nos écrans. Tous les journaux en font mention, une à deux fois par jour ; les émissions et  documentaires ne sont pas épargnés. La Galette est le centre de toutes les attentions : comment est-elle faite ? Où ? Par qui ? Avec  quelles fèves ?

Et pourtant, la Galette, tradition ancestrale, est intégrée dans nos habitudes de consommation. Tous les ans, à date fixe, nous pensons à partager la Galette, en famille, entre amis, dans les clubs et les associations. Elle est devenue le lieu d’habitudes immuables qui perdurent et se perpétuent. . Elle s’est transformée en objet infra-ordinaire : on y pense sans y penser. La Galette des rois est devenue un symbole de sociabilité, d’amitié, de partage et d’échange.

La vieille dame fait l’unanimité. Elle n’a pas de détracteur. Personne n’ose se dresser contre une telle tradition : cela équivaudrait à contester l’existence du Père Noël ! Non, mêmes les diététiciens se taisent. En cette période de l’année, propice aux ripailles et aux réjouissances, la contestation serait malvenue.

Mais alors, si l’habitude de la Galette nous est constitutive, si elle est ancrée en nous comme un fossile dans son caillou, s’il ne nous viendrait pas à l’esprit d’oublier la Galette un 6 janvier, d’où provient la nécessité d’être si loquace ? On remarquera que la publicité, quant à elle, ne s’empare pas de cet objet : à part les panneaux dans les grands magasins, nous incite-t-on par des campagnes appuyées de marketing à en acheter ?

Moi-même, à cet instant, j’écris sur la Galette. J’écris sur la Galette et vous lisez cet article. J’écris sur la Galette et cela m’arrange autant de disserter sur ce thème que vous de le lire. J’écris sur ce sujet car cela m’évite d’avoir à traiter des sujets graves, cela me dispense de parler d’économie, de politique ou de finance. J’écris car entre un thème facile, attractif pour une majorité, et un thème rébarbatif qui ne touchera qu’un public ciblé, j’ai la même attitude que les médias actuels : je suis lâche et paresseuse. Et pourtant, de la même manière que les téléspectateurs regardent un reportage sur la fabrication de la Galette avec plaisir et soulagement, les lecteurs ressentent des sensations analogues en consultant un article qui ne les replonge pas dans leurs problèmes quotidiens. Car, de fait, ce n’est pas en répétant aux gens quels sont leurs problèmes que cela leur apportera une solution. Alors, nous cherchons la distraction. Et la Galette des rois est un thème distrayant. Distrayant, festif et joyeux.

C’est un sujet qui devient tellement omniprésent dans les premières semaines de janvier que personne ne peut échapper à ce flot incessant d’informations. Personne ne peut ignorer que c’est la période des rois, qu’il est temps d’acheter une Galette. Il devient donc inutile d’en faire la publicité. Nous la faisons tous maintenant. Médias, consommateurs, lecteur, téléspectateurs, blogueurs.

La Galette est un marronnier qui permet d’occulter l’actualité nationale et internationale. En France et dans le monde, il ne se passe plus rien : c’est l’époque des rois. Nous en viendrions  presque à oublier que, pendant ce temps, la Terre tourne, les guerres continuent, les famines se prolongent, les morts s’amassent, les crises se creusent, les débats font rage.  Dans les médias, la Galette a, comme on dit, bon dos : elle jette un voile opaque sur les évènements nouveaux, sur nos difficultés et sur le reste du monde. Elle nous fait dormir, nous fait rêver… Mais, ne serait-il pas temps de nous réveiller ? Le monde ne nous attend pas pour vivre.

Gardons nous d’oublier qu’un arbre peut troubler notre vue et cacher la forêt.

Bon appétit et Excellente année à tous !

 

Julie Escurignan

 

Crédits photo : © J.Riou/photocuisine/Corbis/J.Riou

4 Flares Twitter 4 Facebook 0 Email -- Pin It Share 0 Buffer 0 LinkedIn 0 Google+ 0 4 Flares ×

Related posts

Fillettes, devenez ingénieurs !

Fillettes, devenez ingénieurs !

Qui offrirait un camion à une fillette de trois ans ? Personne sans doute …  Pourtant, l’air du temps et la teneur des discours pourraient nous faire espérer le contraire. A l’heure où les médias nous serinent avec la parité à coup d’articles tels que « Les femmes face aux discriminations...

En avril, les marques adoptent le poisson

En avril, les marques adoptent le poisson

Si pour l’esprit commun, le mois d’avril marque le début du printemps et le retour des beaux jours – nous nous épargnerons ici le fameux adage « en avril ne te découvre pas d’un fil », dont l’emploi est devenu pléthorique -, avril est également particulier en ce qu’il commence par un jour devenu...

Elections ukrainiennes : le poids de l'image

  Dans la tourmente depuis plusieurs mois, l’Ukraine attend beaucoup de l'élection présidentielle du 25 mai prochain. Précipitée par la destitution de l'ancien Président Viktor Ianoukovitch, cette élection s’avère particulièrement ouverte, surtout depuis l'annonce par Olexandre...

Pierre Saint-Laurent ou Yves Niney : la confusion des genres

Pierre Saint-Laurent ou Yves Niney : la confusion des genres

  La nuit « c’est l’occasion d’observer, de s’inspirer, voir », « la nuit c’est savoir prêter attention », « c’est l’occasion de faire le parcours classique ». Mais La Nuit, c’est surtout le dernier parfum d’Yves Saint-Laurent.  A l’occasion de la sortie de La Nuit de l’Homme, le...

Normcore: tendance à la normale

Normcore: tendance à la normale

  Alors que les différentes collections de haute-couture ont été présentées à New York, Milan ou encore Paris au cours des dernières semaines, un nouveau mot fait trembler le monde de la mode: Normcore. Le nom est explicite, composé de « norm » et de « hardcore » : il s’agit d’une...

20cm de pur bonheur !

20cm de pur bonheur !

  Vous marchez sur les quais du métro, et, il faut le dire, vous êtes blasé. Vous ne regardez rien en particulier, laissez errer votre regard : vous ne pouvez rater ces affiches de 4x3 qui vous encerclent. Laquelle retiendra votre attention et vous sortira de votre torpeur ? Les...

RIsing star : la social tv sur le devant de la scène

  M6 avance ses pions sur le grand échiquier des programmes TV. Dans quelques mois, la chaîne lancera « Rising Star », un télé-crochet nouvelle génération. Pour espérer rivaliser avec The Voice et TF1 – dont la saison 3 cartonne actuellement – M6 mise sur un programme totalement...

L'innovation des outils de collecte de fonds

  Le mois dernier, le Centre d'Études et de Recherche sur la Philanthropie (CerPhi) publiait une étude sur "Les financements innovants des associations et des fondations", en analysant l'état des lieux de ce secteur et les perspectives à venir et à explorer. Cette innovation apparaît...

Le sport, les jeux olympiques et la communication politique

Le sport, les jeux olympiques et la communication politique

  Certains grands événements sportifs sont entrés dans l’histoire des relations internationales, que ce soit parce que leur déroulement a été l’occasion d’affrontements et de revendications politiques, ou parce qu’ils ont eux-mêmes créé l’événement. La Coupe du Monde de football ou les...

Quand Diesel se rebelle : revoyez vos engagements ?

Quand Diesel se rebelle : revoyez vos engagements ?

En début de semaine, Diesel a dévoilé sa nouvelle campagne « Diesel Reboot » pour présenter sa collection printemps-été 2014 shootée par le duo Inez & Vinoodh. Nicola Formichetti. Le nouveau directeur artistique de la marque italienne a décidé de prendre pour égérie Jillian Mercado, une...

Rooftopping, serez-vous à la hauteur ?

  Se promener dans les villes d’Amérique du Nord le nez en l’air, c’est dépassé ! Désormais, on les admire les pieds dans le vide, au bord du gouffre, cheveux au vent. Tel est le leitmotiv du rooftopping. A l’origine, il s’agit d’un mouvement artistique urbain dont Tom Ryaboi est le...

Quechua tente l’aventure smartphone

Quechua tente l'aventure smartphone

  Marronniers par excellence, les journalistes nous dépeignaient il y a peu les « cadeaux de Noël préférés des français ».  Tablettes et autres Netbooks n’ont pas réussi à détrôner les smartphones en tout genre qui conservent, cette fois encore, la tête des ventes. En cette période de...

Une quenelle indigeste ?

Une quenelle indigeste ?

Cherchez dans le dictionnaire et vous verrez que la quenelle est « une boulette légèrement allongée. » Cherchez dans l’actualité et vous verrez que cette boulette est un dérapage à la mode qui ne cesse de grossir. Un arrière-goût amer La quenelle est le plat du moment, sans que l’on sache...

I’m a Barbie girl

I’m a Barbie girl

  Quoi de neuf au pays merveilleux de Barbie ? Il y a quelques semaines, la plus célèbre poupée de 29 cm semblait se la couler douce avec son amie Victoria Beckham. Cette dernière s’est en effet lancée dans une vaste entreprise de revalorisation de son image ; et quoi de mieux pour Posh...

Leave a comment