Médias, Publicité

La frénésie du Live Stream

Si vous êtes un adepte d’Instagram, réseau social consacré principalement aux photos, ce phénomène n’a pas pu vous échapper. Depuis quelques semaines, impossible de se connecter sans voir apparaître en haut de son fil d’actualité les icônes de nos abonnements portant ces quatre lettres encadrées de rose : « LIVE ». Amis, sportifs, artistes ou influenceurs, ils sont de plus en plus nombreux à utiliser cette fonctionnalité d’Instagram apparue en 2016. Cette dernière permet de diffuser un contenu en direct, visible par quiconque possède un compte sur l’application. Si l’option est disponible depuis quelques années, son utilisation a cependant explosé depuis le début du confinement. Dans une conférence de presse, le patron du réseau social, Adam Mosseri, remarque d’ailleurs que l’emploi de cette fonctionnalité n’a fait qu’augmenter. Le contenu proposé par les internautes est divers : on peut suivre une séance sportive ou un tuto de cuisine, regarder une interview, ou tout simplement assister et / ou participer à une discussion lancée par un ami ou une célébrité. En somme, toute activité que l’on effectue est susceptible d’être partagée en simultané avec ceux qui nous suivent.
Médias

Médias confinés, public choyé

Selon lui, un média ne meurt jamais… Et si McLuhan avait une fois de plus visé juste ? Avec l’essor de la SVOD, nombreux sont ceux qui ont annoncé la fin de la télévision. Pourtant, on y retrouve les caractéristiques de la télévision, des séries télé aux documentaires en passant par des émissions… Par ailleurs, la télévision elle-même se renouvelle, comme avec Salto, plateforme en cours de création entre M6, France Télévisions et TF1.
Médias

Les « apology videos », pathos des temps modernes

De la simple dispute aux propos racistes, nombreux sont les youtubeurs qui ont dû faire face à un scandale causant une vague massive de désabonnements. Dans le but de limiter les dégâts ou d’exprimer leurs remords, ces personnalités publiques ont recours à un type de vidéo intitulé l’« apology video », qui leur permet de s’excuser publiquement auprès de la communauté YouTube et qui pourrait être qualifiée de pathos, un style oratoire qui consiste à emprunter un ton solennel afin d’apporter de l’émotion, mais qui se révèle maladroit. La fréquence de ces scandales ayant augmenté, l’« apology video » s’est banalisée, si bien qu’elle en devient un format à part entière.

Des youtubeurs beauté James Charles à Jeffree Star, en passant par le vidéo-bloggueur Logan Paul ou encore le gamer PewDiePie, personne n’est épargné…

Quelles sont les caractéristiques induites par le format de l’apology video ?

Médias, Publicité

Les mèmes : un outil de communication en vogue pour les marques

Qui n’a jamais partagé avec ses amis un GIF animé de félins facétieux ? Qui n’a pas encore vu une image humoristique sur le confinement et le coronavirus en naviguant sur les réseaux sociaux ces dernières semaines ? Toutes ces productions culturelles circulantes sont des mèmes. Ces derniers font partie intégrante de la culture internet et inondent la toile. Dans une logique commerciale, les marques s’emparent désormais du phénomène et l’utilisent comme un outil de marketing. 

Com & Société, Société

La rhétorique de l’affiche en temps de guerre (sanitaire)

L’affiche, réalisée par Mathieu Persan, illustrateur de presse, a fait le tour des réseaux sociaux en un temps record, relayée par plusieurs personnalités très suivies comme Angèle et Pierre Niney. Le dessinateur s’est étonné de la viralité de son affiche et explique dans Marie Claire qu’elle a une visée pédagogique, de par son message simple et audible auprès du plus grand nombre. Il dit notamment que « pour une fois, l’inaction est la meilleure action. Si ce message peut être aussi efficace qu’une communication du Premier Ministre, tant mieux ! ». Ainsi, cette affiche agit comme un discours politique et il semble intéressant de l’analyser…

 

Com & Société, Les Fast, Médias, Société

Fact-checking, fake news et faux fact-checking

Il a commencé à sévir en décembre 2019 et ne cesse de faire parler de lui. Dans cet article, on ne vous dira pas qu’il faut vous laver les mains vingt secondes. Dans cet article, on ne vous donnera pas non plus les astuces pour fabriquer son gel hydro-alcoolique (on vous déconseille). On ne vous conseillera pas non plus d’aller vider le stock des pâtes Panzani (cf Roland Barthes) ni celui du papier toilette.

Dans cet article, on vous fera un petit fact-checking autour de quelques rumeurs qui pullulent sur les médias, de quoi interroger notre rapport au vrai et au faux.
Les fake news qui ont circulé ces derniers temps nous ont envahi, nous ont, peut-être, nous aussi, trompés. Il est alors important de revenir sur certaines d’entre elles et de voir à quel point elles sont contagieuses (sans mauvais jeu de mot).

Médias, Publicité

Blue Monday : le nouveau rituel des marques suivi par les médias

Ne vous a-t-on jamais répondu « comme un lundi » à la question « comment vas-tu aujourd’hui » ? Le lundi, signe de la fin d’un week-end et du début d’une longue semaine de travail, serait-il si déprimant ? Et savez-vous que le troisième lundi de janvier, le Blue Monday, serait le jour le plus déprimant de l’année ? 

Politique

Le politique influenceur : lorsque Emmanuel Macron investit Snapchat

Le 7 novembre 2019 dernier, Emmanuel Macron prenait la parole sur le harcèlement scolaire et ce de manière peu conventionnelle. Cravate au cou, veste fermée, regard droit, le président casse les codes de l’intervention publique et politique en investissant le célèbre réseau social au fantôme jaune : Snapchat. Une façon originale de réinventer le discours politique et de faire du politicien un véritable influenceur 2.0.

Médias, Société

La Joconde: renouvellement de l’expérience muséale contemporaine

Qui n’éprouve pas de la fascination pour le chef-d’œuvre de Léonard de Vinci ? Cinq siècles après sa création, le célèbre tableau de 77 cm de haut sur 53 cm de large est à l’acmé de son succès. À la belle saison, plus de 30 000 visiteurs piétinent chaque jour pour se retrouver face à Mona Lisa – la plupart munis d’un appareil photo ou d’un téléphone portable. Parmi eux, de nombreux touristes européens et internationaux perpétuent le succès de ce tableau devenu iconique.