Com & Société

Persona Synthetics: Quand la virtualité dépasse la réalité

“Persona Synthetics”

Cela ne vous dit peut-être rien mais, Outre-Manche, cette formule nébuleuse a semé la panique et le doute durant quelques jours sur les internets.
En effet, les twittos invétérés et autres cybernautes ont inondé les réseaux sociaux après la diffusion de ce spot, sur la chaîne britannique Channel 4:

Présentés comme des humanoïdes « multi-tasks » au service de l’Homme, dans un monde parallèle où technologie et quotidien s’entremêlent, ces Persona Synthetics sont la vitrine de la campagne de communication lancée à l’occasion de la diffusion prochaine d’une nouvelle « série console », produite par Microsoft et Channel 4, Humans.
Cette production est, en réalité, une adaptation de la série suédoise Real Humans dans laquelle l’usage d’androïdes à des fins domestiques et industrielles est devenu monnaie courante. Série destinée, au départ, à la plateforme internet de la Xbox.
Enfin, si Channel 4 et Microsoft se sont inspirés de l’intrigue du succès suédois, ils n’ont pas lésiné sur les moyens en ce qui concerne la campagne marketing afin de promouvoir ce nouveau TV show qu’elle diffusera en juin prochain sur les petits écrans.

Vous avez dit “buzz”?

Cette campagne est, en effet, digne de celle d’un blockbuster: ajouté aux canaux standards que sont le print et internet, le faux spot télé diffusé sur Channel 4, qui a mis le feu à Twitter, s’est vu complété d’un shop front en plein cœur de Londres annonçant l’ouverture prochaine d’une boutique Persona Synthetics. A cette occasion, les passants avaient la possibilité d’interagir avec les écrans installés à l’occasion via la technologie Microsoft Kinect.
De plus, les nombreux partenaires du projet ont, eux aussi, contribué à cette vague marketing, à l’instar d’e-Bay qui est allé jusqu’à mettre aux enchères deux « Synth », Charlie et Sally, sur son site internet. Un e-Bay shop sur lequel les internautes pouvaient, durant deux jours, « acquérir » les modèles d’humanoïdes, personnages phares de la série.
Les retombées de cette campagne ont été gargantuesques : plus de 100 000 recherches Google après la diffusion du spot TV et des milliers de tweets suivis du hashtag #Humans ont déferlé en quelques heures sur la toile.
Seule ombre au tableau : le buzz ne semble pas avoir dépassé les frontières britanniques malgré un dispositif 360.

2.London

3.e-bayshop

Une « technolâtrie », symptôme de notre époque ?

Le succès de la série Real Humans confirme, par ailleurs, la folle obsession des Hommes pour ces machines, fabriquées à leur image
En attestent les propos de James Walker, responsable marketing de Channel 4 : « Le monde de Humans est peut-être plus proche qu’on ne le pense. Cette campagne cherche à faire réagir les gens au sujet de l’intelligence artificielle et toutes les questions que cette technologie soulève ».
En effet, les humanoïdes sont traités et marketés comme des objets de consommation standards et par là même appellent les consommateurs à s’interroger sur un futur déjà présent, celui d’un monde régi par l’omniprésente et omnipotente technologie.
On remarque aujourd’hui une plus grande utilisation des « robots » à des fins industrielles ; ils remplacent l’Homme dans un souci de gain de temps et d’argent.
Et c’est bien là le souci : l’arrivée des androïdes, robots et autres cyborgs peut, à terme, être l’alternative définitive au manque d’efficacité d’un simple être humain.
Certes, les avantages que présentent ces machines ne sont pas négligeables : vie quotidienne simplifiée, rendement et productivité plus importants, efficacité accrue. Cependant, les désavantages sont nombreux : tout d’abord le coût, leur utilisation industrielle aux dépens des hommes, la dépendance de nos sociétés aux nouvelles technologies mais surtout les questions d’ordre social, économique et éthique liées à cette révolution technologique.

En littérature et au cinéma, la « création à l’image de l’Homme » a été érigée en véritable mythe de la transgression: du fameux « Frankenstein ou le Prométhée moderne » à « Blade Runner » en passant par « Terminator », l’Homme a toujours appréhendé de manière pessimiste la cohabitation de l’espèce humaine et d’une forme d’intelligence artificielle. S’agit-il, au travers de fictions de plus en plus réelles, de nous faire réagir face à la place, de plus en plus prépondérante, que prend la technologie dans la société actuelle ?
Tout comme l’ont fait Fritz Lang ou encore Georges Orwell auparavant ?

« La technologie est l’opium du peuple »

Pour reprendre l’idée du magazine Humanoïde, la technologie tient une place plus qu’envahissante dans notre société. Cette dépendance est efficacement illustrée par leur campagne, lancée lors de la sortie du numéro 4 où l’on retrouve la notion d’addiction et le détournement des noms des « géants du secteur ».
Chaque époque a son vice : le nôtre est de totalement dépendre des gagdets et autres appareils qui nous simplifient la vie, nous rendant plus fainéants encore.
Jean-Marie Besnier, professeur à la Sorbonne, parle d’une « fatigue d’être libre et d’être soi » : se laisser peu à peu asservir par une nouvelle science dont la promesse d’une vie simplifiée est tenue.

A l’instar de Microsoft (plus précisément, Xbox Entertainment Studios) qui a, en réalité, racheté les droits de Real Humans afin d’en faire un remake, destiné, à la base, à la plate-forme internet Xbox : la plus grosse entreprise d’informatique au monde investit maintenant dans la production de séries télévisées afin de développer et d’offrir une « expérience virtuelle » augmentée.

Force est de constater qu’une certaine forme de posthumanisme alimente ce cercle vicieux et accompagne la révolution technologique qui est en train d’avoir lieu. Doucement mais sûrement.

Pour tous les fans de Sci-Fi et pour tous les autres, la série réalisée par Jonathan Brackley (MI-5) sera diffusée en juin sur Channel 4 et Xbox Live.
Toujours pas de nouvelles concernant l’arrivée de Humans sur les chaînes françaises. En attendant, voici de quoi vous donner envie ! Enjoy !

https://youtu.be/9zYQjR0wvxM

Alizé Grasset

Sources :
Laruche.com
Mirror.co.uk
Marketingmagazine.co.uk
Digitalspy.co.uk
Crédits Photos :
persona_synthetics.pentagonhosting.co.uk
i.ytimg.com
tfmainsights.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *