Environnement, Médias, Société

L’écologie dans l’environnement médiatique : le réveil inespéré de l’oubliée

Sans doute n’avons-nous jamais autant parlé d’écologie que depuis la démission inattendue de Nicolas Hulot de son poste de Ministre de la Transition écologique et solidaire le 28 août dernier. Impulsion d’un élan soudain d’engagement, elle a entraîné le réveil des citoyens et des médias sur les questions écologiques et environnementales. Mais qu’en est-il de ces prises de conscience populaire et médiatique ? Ne s’essouffleront-elles pas comme cela a déjà été le cas par le passé ? Autant de questions qu’il est légitime de se poser à l’heure où le changement climatique et ses conséquences se font de plus en plus ressentir dans nos vies et dans les médias.

1
Agora, Com & Société

Christine Angot : cadrer l’incadrable

Samedi 30 septembre sur le plateau d’ONPC les téléspectateurs assistent à une scène glaçante entre Sandrine Rousseau et Christine Angot, la nouvelle chroniqueuse de l’émission On n’est pas couché (ONPC). Alors que Sandrine Rousseau ouvre le débat sur la prise en charge des femmes victimes de harcèlement sexuel par des « personnes formées pour accueillir la parole », Christine Angot réagit violemment pour souligner le fait que face au harcèlement sexuel ou au viol, la femme est seule. La scène suscite plus de 1000 plaintes au CSA et les internautes critiquent fortement la réaction de la chroniqueuse. Grande gueule et sanguine, elle peine à entrer dans les cadres imposés par les dispositifs médiatiques : peut-être est-ce cela qui forge sa réputation ?

Extrait vidéo : Sandrine Rousseau – On n’est pas couché 30 septembre 2017 #ONPC. Youtube. 20/09/2017. [Extrait du clash : 6 :45 – 8 : 45]

Que s’est-il véritablement passé ?
La vidéo du clash entre les deux femmes reprise sur internet et décontextualisée révèle une Christine Angot dans son tort et furieuse, sans raisons apparentes. Or, ce « cadre » ne dit pas l’histoire de la chroniqueuse. En effet, cette dernière a elle-même été abusée par son père comme elle l’écrit dans son livre L’inceste, cela explique sa réaction violente. Les téléspectateurs ont pu voir les larmes de Sandrine Rousseau mais le départ du plateau de Christine Angot a été coupé au montage : « j’entends le public qui commence à huer parce que justement, je n’emploie pas la phrase « discours » (…) ça veut dire que je suis sur un plateau télé et que je ne peux pas parler donc je n’ai rien à faire là » explique-t-elle sur France Culture. Il y a un véritable échec de la parole de Christine Angot dans le cadre de l’émission. Les huées et la disposition même du plateau rendent la situation intenable pour la chroniqueuse qui doit se réfugier dans sa loge. C’est d’ailleurs, l’imposition d’un cadre qui a révolté Angot dans les propos de Sandrine Rousseau : « ce qui me révolte, ce n’est pas la parole collective, c’est face à des choses terribles, vraiment, qui sont l’abus de pouvoir, qui sont le déshonneur, qui sont le silence imposé, qui sont beaucoup de choses comme ça, on trouve des procédés, des procédures, des systèmes, des phrases toutes faites du genre les gens « formés pour recueillir la parole », des trucs fous ».
Angot : l’incomprise, l’incadrable
Angot, romancière controversée, n’en est pas à son premier scandale médiatique. On se souvient de son intervention face à Fillon dans l’Émission Politique sur France 2, en mars dernier. L’artiste n’a pas été épargnée non plus : on assiste à des scènes insupportables lors de son passage dans l’émission de Tout le monde en parle en 1999. Alors qu’elle présente son livre L’inceste, où elle décrit les viols qu’elle a vécus, une chroniqueuse lui demande « vous n’avez pas ri une seule fois, qu’est-ce qui vous fait rêver ? » (17 :00). Elle subit également les moqueries et les rires des invités sur ce sujet profondément douloureux. L’impertinence de la séquence mérite d’être soulignée et l’aurait certainement été si les réseaux sociaux existaient à l’époque. Cette scène montre aussi à quel point Christine Angot ne se conforme pas : « vous êtes assez rare » lui avoue Thierry Ardisson, reconnaissant sa difficulté à l’interviewer alors que les autres « sont assez faciles » (16:50). Un tempérament qui révèle une personnalité débordant des cadres et du politiquement correct.

Extrait vidéo de l’émission de Thierry Ardisson : «  Christine Angot « Je ne peux pas parler de L’inceste » | Archive INA »
La tyrannie du spectacle
Ce rejet de la forme n’est pas nouveau chez la chroniqueuse. Il pourrait expliquer pourquoi elle est tant controversée mais si médiatisée : elle sort du cadre, crée la polémique et rend donc le média visible. Christine Angot répond, peut-être malgré elle, à une logique médiatique. Ce procédé est particulièrement efficace dans l’émission ONPC qui orchestre le clash. La disposition du plateau organise méticuleusement le désaccord : les deux éditorialistes jouant les avocats de l’accusation face à l’invité chargé de se défendre. Laurent Ruquier, lui, joue le rôle du médiateur, du président de séance. ONPC, émission d’infotainment, théâtralise ce rendez-vous chaque samedi soir (générique accrocheur, arrivée théâtrale des invités). On pourrait ici supposer en reprenant les termes de Guy Debord que le spectacle, sous-tendu par des logiques de production, « ne veut en venir rien d’autre qu’à lui même ». Un spectacle qui devient particulièrement tragique lorsqu’il est aussi violent que le clash Angot/Rousseau. Cela traduit surtout l’impossibilité d’exprimer des idées et un problème aussi délicats dans un cadre aussi restreint. La personnalité de Christine Angot fonctionne dans le dispositif médiatique d’ONPC puisqu’elle exacerbe l’affrontement, le conflit. Dans une logique d’« économie de l’attention », si bien décrite par Yves Citton, l’émission tend à organiser la polémique dans le but d’attirer le spectateur afin de générer toujours plus d’audience et donc toujours plus de profit.
Christine Angot est une personnalité particulièrement médiatisée, à fort potentiel « médiagénique », pour reprendre le néologisme proposé par Philippe Marion. En d’autres termes, la romancière Christine Angot a l’aptitude de bien « passer » dans les médias justement grâce à sa personnalité anticonformiste. Son rejet du cadre la rend paradoxalement tout à fait cadrable.
Claire Doisy
 
Sources :

Montellier Chantal. Les larmes amères de Christine Angot. L’Humanité. 13/10/2017. Consulté le 25/10/2017.
Alexis Lucie. Dispositifs télévisuels et mises en scène du désaccord : les cas d’On n’est pas couché et de Ce soir (ou jamais !). Cahier de praxématique. 06/06/2017. Consulté le 25/10/2017.
Erner Guillaume. Violences faites aux femmes : Christine Angot, mots à maux. France Culture. 17/10/2017. Consulté le 25/10/2017
Citton Yves. L’économie de l’attention, nouvel horizon du capitalisme ? La découverte. 2014.
Debord Guy. La société du spectacle. Gallimard. 1996.

Crédit photo :

Capture d’écran Sandrine Rousseau – On n’est pas couché 30 septembre 2017 #ONPC. Youtube. 20/09/2017.
Extrait vidéo 1 : Sandrine Rousseau – On n’est pas couché 30 septembre 2017 #ONPC. Youtube. 20/09/2017. Clash : 6 :45 – 8 : 45
Extrait vidéo 2 de l’émission de Thierry Ardisson : « Christine Angot « Je ne peux pas parler de L’inceste » | Archive INA »

Flops

Le XV de France : essai non transformé

Le samedi 17 octobre 2015, l’équipe de France de rugby se faisait humilier durant le quart de finale de la coupe du monde face aux All Blacks, l’équipe de Nouvelle-Zélande, avec un score de 62 à 13. Une véritable déculottée qui a marqué un tournant dans l’histoire du XV de France — tant au niveau sportif qu’au niveau communicationnel.
Fracture entre passé et présent
Il faut dire que l’équipe de France de Philippe Saint-André (entraîneur de 2012 à 2015) était loin du prestige de ses aînées. Un jeu sans intérêt et stéréotypé, une claire fracture entre les joueurs et le staff, les critiques médiatiques se faisaient de plus en plus virulentes, sans jamais vraiment savoir qui accuser. L’entraîneur, oui. Mais pas trop. Après tout, il s’agit d’une équipe nationale. Peut-être pas aussi populaire que l’équipe de France de football ou l’équipe de France de basket – tous deux des sports plus (re)connus à l’international – mais tout de même. Le milieu sportif est surmédiatisé, mais il est aussi porteur du softpower d’un pays. Comment dénigrer ainsi l’image de sa vitrine médiatique nationale ? Alors oui, personne ne bronchait, ni les joueurs ni les médias ni les instances de décision nationales du rugby. Politique de l’autruche qui a fini par se retourner contre eux.
Certes, la France n’a jamais remporté les championnats du monde. Mais il y a encore une dizaine d’années, elle était considérée comme une nation majeure du rugby international, au point d’accéder à la finale de la Coupe du Monde 2011, et de ne s’y incliner que d’un petit point, après un arbitrage douteux. Les joueurs eux-mêmes faisaient figures de référence – Thierry Dusautoir, capitaine emblématique, a même été nommé meilleur joueur du monde cette année là. La France disposait d’une image favorable auprès du public et des médias. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas.

Thierry Dusautoir marque le seul essai de la finale du championnat du monde 2011.

Après la politique de l’autruche vient donc la politique du coup de balais. Exit Saint-André et une grande partie de son staff. Guy Novès, entraîneur le plus titré d’Europe, prenait alors la tête du XV de France : l’espoir renaissait.
Flou Communicationnel
Seulement, la stratégie communicationnelle du XV de France devait changer en même temps que son entraîneur. Fini les interviews régulières des joueurs comme les autorisait « PSA ». Afin de les laisser se concentrer sur le rugby, sur leurs entraînements, Guy Novès réduisait au maximum les interactions entre acteurs sur le terrain et médias, tout en se permettant lui-même de régulièrement leur couper l’herbe sous le pied. Un bras de fer s’engage entre journalistes avides de scoops et de gros titres et un entraîneur expérimenté, habitué à la pression médiatique – et sachant parfaitement insinuer que lui a une légitimité et une expérience pour parler de rugby, quand les journalistes professionnels n’en ont que peu, et n’ont souvent jamais frôlé la pelouse d’un terrain.

Guy Novès, entraîneur actuel du XV de France

Seulement, les résultats ne suivent pas. Le XV de France a certes regagné en popularité depuis que l’ancien manager toulousain est à sa tête, au point de récolter 22% des parts d’audience selon France Télévisions. Le crédit en revient à un jeu plus séduisant, à une ligne directrice claire et à une relation plus stable entre l’équipe nationale et les clubs.
Mais samedi 25 février, l’équipe de France perdait son match contre l’Irlande lors de la troisième journée du Tournoi des Six Nations, diffusé sur France 2. Le deuxième en l’espace de trois jours. Le quatrième en cinq matchs. Ça fait beaucoup, du moins aux yeux des journalistes. L’équipe de France peut-elle redevenir une grande équipe ? Guy Novès est-il la bonne personne ? Ces vieilles questions, les mêmes qu’il y a quatre ans, se couplent à des nouvelles, résultant de la récente élection de Bernard Laporte – ancien Ministre des Sports et entraîneur du Racing Club de Toulon – à la tête de la Fédération Française de Rugby.
Bernard Laporte a pour objectif de redorer le blason de la France à l’international et auprès des médias. Il veut des joueurs médiatisés, des « stars », pour porter le visage de l’équipe de France sur et en dehors des terrains. Une politique contraire à celle de Novès, donc. Encore une marque du fossé communicationnel et médiatique existant entre l’équipe et les instances de décision. La communication du XV de France se fait de plus en plus hermétique, attendant que les résultats montrent enfin le bout de leur nez, tandis que les journalistes critiquent de plus en plus cette absence de transparence qui les limite dans leur travail.

Le capitaine actuel du XV de France, Guilhem Guirado, l’un des seuls joueurs à apparaître
régulièrement en conférence de presse.

Foot VS Rugby : un match perdu d’avance
Si le XV de France a gagné en popularité, il est loin d’atteindre la notoriété du football. Si l’on interroge des personnes dans la rue sur les joueurs de l’équipe de France de football actuelle, ils sauront toujours vous donner un nom – ne serait-ce que grâce à la coupe d’Europe de l’année dernière. Faites la même chose avec le rugby ? Vous obtiendrez peut-être le nom de Louis Picamoles, l’un des seuls joueurs à surnager ces dernières années, mais c’est à peu près tout. Un fossé, donc, entre les deux sports les plus médiatisés en France. Ce fossé entre football et rugby ne date pas d’aujourd’hui. Outre les différences intrinsèques à la pratique de ces deux sports, ce sont aussi leur professionnalisation et leur médiatisation qui creusent l’écart.

Louis Picamoles, n°8 du XV de France, surnommé « King Louis » Outre-Manche

En France, le football a été ouvert à la professionnalisation depuis les années 1930; le rugby l’est seulement depuis 1995. Une différence temporelle qui a permis au football de s’habituer à la médiatisation – pour le meilleur comme pour le pire – alors que le rugby se débat toujours avec les enjeux et les conséquences de celle-ci.
On veut des joueurs professionnels compétents pour jouer en équipe de France, mais la plupart des clubs de l’élite préfèrent acheter des joueurs internationaux étrangers en pré-retraite pour gagner des titres et s’attirer l’attention des médias. On veut que l’équipe de France gagne et soit populaire, mais on lui tire dessus dès qu’elle perd, sans lui laisser le temps de se construire. On veut des joueurs « stars », médiatisés, figures emblématiques du sport, mais on les rabaisse à la moindre bourde, en particulier les jeunes.
Le XV de France semble donc perpétuellement sur le fil, déchiré entre une nécessité de résultats, des conditions défavorables et une communication aléatoire, qui ne sait pas choisir entre la médiatisation ou l’aspect purement sportif de l’activité et ce, au niveau même des instances de décision. Cela a pour résultat une communication intra et extra-sportive banale, ressemblant davantage à des tirs croisés entre journalistes et professionnels du rugby, et desservant encore plus l’image du XV de France au niveau national comme international.
L’équipe de France a jusqu’à la prochaine Coupe du Monde en 2019, pour faire converger ces différences, et trouver une ligne directrice communicationnelle cohérente.
Margaux Salliot
Sources :
« TOURNOI DES 6 NATIONS – Les Bleus n’ont pas de star(s) mondiale(s) et c’est un vrai souci… », article du 26 février 2016, d’Yvan Petros pour le site Rugbyrama, consulté le 28 février. http://www.rugbyrama.fr/rugby/6-nations/2017/tournoi-des-6-nations-les-bleus-n-ont-pas-destar-s-mondiale-s-et-c-est-un-vrai-souci._sto6073028/story.shtml
« XV de France: Guy Novès, c’est enfin officiel ! », article du 31 mai 2015 de Richard Escot pour L’Equipe, consulté le 28 février. http://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Noves-c-est-enfin-officiel/563007
« L’Irlande étouffe le XV de France », article du 25 février 2016 de Richard Escot pour L’Equipe, consulté le 28 février. http://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Tournoi-des-6-nations-l-irlande-etouffe-le-xv-de-france/781222
« GUY NOVÈS AFFICHE SES INTENTIONS DE JEU ET RENVOIE MARC LIÈVREMONT DANS SES 22 », article de Riway Demay du 2 novembre 2015 pour LeRugbynistère, consulté le 28 février. http://www.lerugbynistere.fr/videos/video-xv-france-guy-noves-affiche-intentions-jeu-renvoiemarc-lievremont-22-0211151022.php
Crédits photo :
Christophe Ena pour 20 Minutes, le 9 février 2016 : http://www.20minutes.fr/sport/1784863-20160211-xv-france-guy-noves-dort-trop-moment
Rob Griffith pour Le Monde¸ article du 24 octobre 2011 : http://www.lemonde.fr/sport/portfolio/2011/10/24/thierry-dusautoir-le-rugbyman-de-l-annee-en-images_1592922_3242.html
Image de l’Agence France Presse pour La Croix, article du 18 novembre 2016 : http://www.lacroix.com/Sport/Guirado-Un-match-charniere-pour-XV-France-2016-11-18-1300804179
Image de l’AFP pour Le Dauphine, article du 2 novembre 2015 : http://www.ledauphine.com/sport/2015/11/02/louis-picamoles-quittera-toulouse-pour-northampton-la-saison-prochaine

Flops

Objectif Mars

 

Lancée le 26 Novembre 2011 et atterrit le 6 Août 2012, la sonde Curiosity chapeautée par la NASA est surtout l’écrin rêvé d’une stratégie de communication de la part de l’agence. Cependant, elle en dit long sur les dérives de la médiatisation des affaires scientifiques. Analyse.
Redevenir un des symboles du soft-power Américain.
 
La NASA, créée en 1958 est l’agence Étasunienne en charge du développement spatial du pays. Elle est financée par le budget fédéral, voté annuellement par le Congrès. En perte de notoriété depuis le début des années 2000, elle joue actuellement son avenir même avec la mission Curiosity. En effet, le programme spatial coûte très cher. Les États-Unis ont déboursé 2,5 milliard de dollars pour cette mission. Or, dans cette période de coupes budgétaires, c’est 900 000 millions de dollars qui pourraient lui être retirés. C’est donc l’avenir même de l’agence dont il est question ici.
L’enjeu pour elle est donc de légitimer l’octroi de subventions. Pour cela, la NASA tente de redevenir un des fers de lance des États-Unis, une vitrine diplomatique montrant que le pays garde une certaine hégémonie sur les affaires spatiales.
Une stratégie de communication inspirée de la publicité
 
Pour que Curiosity ne soit pas sa dernière mission, la NASA orchestre toute une stratégie de communication autour de la sonde. Dans le but de rajeunir son image, elle occupe les réseaux sociaux et étaye l’actualité médiatique d’annonces sensationnelles, dans le but d’entretenir l’intérêt général soulevé par la mission.
Un compte Twitter a été lancé pour Curiosity en 2008, mais ce dernier a vraiment explosé lors de l’atterrissage en Août dernier. Sa particularité ? Les tweets sont à la première personne, ponctués de références culturelles plus ou moins destinées aux internautes de moins de quarante ans.

Pour 1 317 225 followers, on peut dire que c’est un succès. Créer un intérêt pour un sujet a priori poussiéreux, attirer et fidéliser des Internautes en instaurant des liens de connivence, savamment entretenus par un ton humoristique… Autant d’indices d’une stratégie de communication qui n’a rien à envier aux publicités classiques. C’est dans cette logique qu’il faut analyser la médiatisation d’un des scientifiques de la mission, le directeur de vol Bobak Ferdowsi. Ce jeune scientifique à la carrière brillante s’est fait remarqué par sa coiffure excentrique. Arborant une crête teintée en rouge et des étoiles taillées à la tondeuse, il est rapidement devenu un mème Internet. Voilà un moyen efficace de montrer la NASA sous un nouveau jour, constituée d’équipes jeunes, dynamiques, bien loin des clichés habituels.
Mais ces deux éléments paraissent bien anecdotiques à côté des annonces sensationnalistes effectuées par l’agence pour occuper l’espace médiatique. Car pour attiser l’intérêt, la NASA n’hésite pas à produire des communiqués présentant les avancées de Curiosity comme des révolutions scientifiques. Début Novembre, la NASA a effectué un teasing sur une annonce qui allait « entrer dans les livres d’histoire » (John Grotzinger, responsable de la mission Mars Science Laboratory) dans le but évident de créér un buzz. L’agence précise très vite que cette découverte sera révélée durant une conférence, le 3 Décembre. Pendant plus de deux semaines, l’agence entretient le buzz, avec, par exemple, ce tweet et cette délicieuse vidéo (ponctuée de références geek)

Très vite, cependant, les scientifiques tentent de calmer le jeu, et déçoivent ceux qui croyaient qu’on avait, enfin, découvert les petits hommes verts. Au lieu de cela, la découverte de quelques molécules organiques « d’origine inconnue » sera annoncée lors de la conférence. Or, elles proviennent sans doute d’une contamination terrestre des instruments de Curiosity. Le buzz est alors tué dans l’oeuf, et l’information très peu reprise dans les médias. Cependant, ce fut pour l’Agence l’occasion de vanter la précision des instruments et de rappeler que la mission, qui était alors prévue pour durer deux ans [1], allait apporter bon nombre de découvertes. On peut alors déceler un certain opportuniste dans ce buzz puisque le budget pour la NASA est fixé fin Décembre… Se montrer indispensable, faire preuve de ses avancées et de sa légitimité scientifique était donc, à ce moment là, absolument nécessaire. Et cette stratégie de communication fut loin d’être un flop.
Des annonces reprises médiatiquement sans recul, jouant sur l’imaginaire spatial
 
En revanche, c’est bien dans le traitement médiatique de ces annonces que se situe le problème. Début Mars, la NASA a récidivé. Dans un courrier envoyé à des journalistes, elle a annoncé la tenue d’une conférence de presse le 12 Mars. Dans cette conférence, elle a annoncé en grande pompe que les conditions nécessaires au développement de la vie étaient présentes sur Mars. Annonce largement reprise dans les médias, présentée comme révolutionnaire.
Or, comme le démontre Pierre Barthélemy sur son excellent blog, cela fait des années que c’est un fait scientifique. Elle surf avec cette « non annonce » sur les imaginaires spatiaux. C’est ici la clé de voûte de toute sa stratégie : par l’usage des mots, des divers communiqués publiés, par les tweets de Curiosity, elle laisse sans cesse présager de la découverte des martiens. C’est, bien sûr, le but de la mission : mais l’agence utilise sans cesse l’intérêt que susciterait une telle découverte pour communiquer et se légitimer.
Le bât blesse dès le moment où ces annonces sont reprises dans les médias. Car ceux-ci suivent, les yeux fermés, ces annonces sensationnalistes sans vérifier les antécédents, sans prendre de recul. Les médias utilisent ces annonces pour justement faire du bruit en jouant sur les imaginaires et faire vendre. Car l’astronomie nous fascine toujours autant. Et ça, la NASA l’a bien compris, c’est bien pour cela qu’elle a ici prévenu les journalistes et non la communauté scientifique. Ce traitement journalistique est bien révélateur de la tendance actuelle des journaux à vouloir publier une information pas forcément vérifiée, mais qui fera grand bruit, dans le but de créer le buzz et de vendre ou d’attirer du trafic sur Internet. En attendant de se trouver un modèle économique viable, elle se réfugie dans un sujet sans risque, facile à traiter et suscitant un grand intérêt.
 
Arthur Guillôme
 
[1] : elle a ensuite été allongée pour une période indéfinie
Sources :
http://web-tech.fr/curiosity-une-decouverte-revolutionnaire-annoncee-par-la-nasa/
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/curiosity-des-molecules-organiques-mais-dorigine-inconnue_43175/
http://web-tech.fr/succes-de-curiosity-la-nasa-prepare-deja-la-prochaine-mission/
http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/curiosity/20121122.OBS0238/curiosity-speculations-autour-d-une-vraie-fausse-annonce-de-la-nasa.html
http://www.huffingtonpost.fr/2012/08/30/bobak-ferdowski-nasa-punk-curiosity-mars_n_1842095.html
http://www.thethreesheep.com/1/post/2012/08/sticking-the-landing-nasa-launches-a-superb-communications-strategy-for-mars-curiosity.html

Flops

Ta pilule elle est 3G ou 4G ?

 
L’histoire d’une médiatisation
Le 14 Décembre 2012, Manon Larat publie dans Le Monde un témoignage poignant sur l’handicap qui la touche depuis son AVC.  Elle porte la pilule responsable de ses maux, survenus trois mois après le début de sa prescription. Ce lien est ensuite confirmé par les autorités. Suite à ce témoignage, on apprend l’existence de trente autres victimes. Toutes portent plainte le 1er Janvier. On pointe du doigt certaines molécules présentes dans une poignée de modèles de troisième et quatrième génération. Je ne rentrerai pas dans les détails scientifiques – mais je vous invite à lire cet article.
De la médiatisation à la crise
En l’espace de quinze jours on assiste à une très forte médiatisation de l’affaire qui culmine lors des fêtes.
Analysons un peu. Comme souvent lors de la médiatisation d’événements qui touchent à la science, peu d’articles traitent en profondeur du problème en lui même. Les explications scientifiques sont mises de côté au profit de témoignages poignants de proches des victimes ou de victimes rescapées. Par exemple, Le Monde titre « Ce Noël que Sophie, 21 ans, a failli ne jamais fêter ». Dans un premier temps l’accent est mis sur le pathos, le sentiment et non sur une explication scientifique et approfondie des risques encourus. Les explications sont ici pour appuyer les témoignages, mais il s’agit de faits. Le silence est total du côté des statistiques.
Il s’agit donc d’une médiatisation rapide. Un vent de méfiance se lève alors envers l’ensemble des pilules. Par conséquent, des articles davantage scientifiques sont écrits. On apprend que le risque d’AVC, de 0,02 % pour les pilules de première et seconde générations (soit deux femmes sur dix mille), est de 0.04 % pour les deux dernières générations (soit quatre femmes sur dix mille). Mais, de la même manière que la grippe H1N1 avait apporté son lot d’inquiétudes, la machine est lancée. L’amalgame entre risque réel et pilule est fait. C’est à ce moment là que les autorités décident de réagir.
La gestion de la crise
L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) va convoquer une réunion extraordinaire le 14 Janvier prochain pour mettre au point une campagne de prévention sur les risques de la pilule. Le Planning-Familial, lui, invite à ne pas diaboliser la pilule -en rappelant le pill-scare de 1995, autre grande crise de panique à propos de la pilule qui avait fait considérablement augmenter le nombre d’IVG en Angleterre.
On rappelle vite que ces 23 des 27 sortes de pilules de 3ème et 4ème générations ont déjà été enlevées de la liste des pilules remboursées en Septembre 2012. La date d’arrêt, fixée au 31 Septembre 2013 sera avancée au mois de Mars, nous annonce Marisol Touraine, Ministre de la santé. Elle met aussi en garde les médecins qui ne doivent plus prescrire aussi abusivement ces générations de pilules qui n’enlèvent aucun effet secondaire par rapport à ceux des premières générations.  Cette gestion de la crise par le gouvernement a vite été critiquée par les journalistes et professionnels de la santé.
Santé publique et médiatisation ne font pas bon ménage
Pourtant, cette gestion de la crise par l’État est-elle vraiment critiquable ? S’agirait t-il d’un nouveau flop en terme de gestion de polémiques de santé ? Comme le rappelle le Planning-Familial, il faut soit interdire ces pilules, soit les rembourser selon le principe d’Etat Providence français qui se doit d’être neutre. Le problème est le suivant : ces réponses tentent principalement d’apaiser l’opinion publique et de calmer une médiatisation alarmiste. Les risques liés à la pilule sont connus depuis longtemps. L’ANSM en 2011 avait mis en garde l’Etat contre les risques supplémentaires apportés par les dernières générations de pilule suite à un rapport américain. Mais aucune action n’avait suivi.
Finalement, la réaction de l’Etat traduit deux éléments : la peur d’un risque sanitaire est extrêmement implantée chez les Français et la panique est facile à atteindre. La santé fait peur, car elle concerne tout le monde et c’est grâce à cela qu’elle est un objet de médiatisation si efficace. Lorsqu’une jeune femme témoigne des risques, elle touche d’autant plus les lectrices que cette affaire pourrait leur arriver. Même si cela a vite été démenti par les explications scientifiques. C’est ainsi que l’on peut expliquer le nombre d’articles consacrés au témoignage de Manon Larat au tout début de l’affaire. De plus, le risque sanitaire permet le développement d’un discours fondé sur le pathos, appuyé par des témoignages de victimes, favorisant d’autant plus l’identification du lectorat. L’opinion publique souhaite alors un arrêt complet de ce qui est à l’origine de la polémique.  L’Etat tente alors de répondre à ces peurs.
Pour la grippe H1N1 c’était un grand nombre de vaccins non testés. Pour la pilule, ce sont de petites mises en garde. Évidemment, ces mesures sont prises dans l’urgence et seront complétées par des mesures plus efficaces  comme des campagnes de prévention.  Cependant, face à cette médiatisation, l’Etat devait agir vite s’il voulait entériner la panique. La réponse rapide de ce dernier était donc nécessaire.
Et pourtant, il y a un deuxième élément à analyser : un risque de santé publique ne peut pas être réglé aussi rapidement. Il demande des études, des concertations. Sa gestion est profondément anti-médiatique dans la mesure où il ne peut répondre aux impératifs de rapidité propres à la sphère médiatique. Une réponse rapide est donc nécessairement peu efficace.
Cette gestion de crise vivement critiquée met donc en lumière le dilemme au centre de la communication sur les risques de santé publique. Elle est aussi nécessaire que critiquable puisqu’elle est peu efficace, étant fondée sur la rapidité.
Espérons que les prochaines semaines apportent des réponses plus solides, voire, qui sait, une campagne de prévention sur les risques de la pilule.
 
Arthur Guillôme
Merci à Judicaëlle Moussier et Virginie Béjot pour leur précieux aiguillage.
Sources :
Risques et dangers de l’interdiction de la pilule de troisième et quatrième génération sur le Huffington Post
La gestion de crise sur Slate.fr
H1N1 et Roseline Bachelot sur Libé.fr
Témoignages sur Le Monde.fr

2