Logo de FastNCurious L'actualité
de la communication
par les étudiants
du Celsa.

Mark Zuckerberg – La biographie : comment Facebook en est-il arrivé là ?

« Nous ne vendons pas les données de Facebook à des annonceurs », ne cesse de répéter Mark Zuckerberg depuis plusieurs années. Mais en avril dernier, c’est devant le Congrès Américain qu’il a dû l’affirmer. Le scandale de Cambridge Analytica a fortement et durablement érodé la toute-puissance de Facebook. Dans Mark Zuckerberg – La Biographie, Daniel Ichbiah l’associe plusieurs fois au « monstre », créé par le Dr Frankeinstein, « qui aurait coupé le cordon ombilical ».

Daniel Ichbiah est un biographe connu pour ses recherches sur les géants de l’informatique: Bill Gates et la saga de Microsoft, Comment Google mangera le monde, ou encore Steve Jobs : quatre vies. L’affaire Cambridge Analytica est le point de départ de son ouvrage, le déclencheur d’un grand retour en arrière sur Facebook et sur son créateur lui-même, Mark Zuckerberg.

Comment le mythe du jeune étudiant de Harvard devenu « maître du monde » s’est-il érigé pour ensuite s’autodétruire ?

Mark Zuckerberg – La Biographie : présentation générale de l’ouvrage

L’auteur narre dans un ordre chronologique les faits et gestes de Mark Zuckerberg, depuis son enfance à Dobbs Ferry jusqu’à Cambridge Analytica. Le livre est structuré en 24 courts chapitres  dont la longueur varie entre une dizaine et une vingtaine de pages. Cela permet d’avoir une vision d’ensemble rapide et lisible du parcours de Zuckerberg.

On peut en dégager six moments forts :
– le chapitre 1, son enfance
– les chapitres 2 à 5, le lancement de TheFacebook à Harvard
– les chapitres 6 à 11, le développement du projet et la rencontre avec Sean Parker et plusieurs investisseurs
– les chapitres 12 à 17, l’ouverture de Facebook à tous, au-delà de la stricte sphère des étudiants américains mais aussi les premiers cafouillages concernant la vie privée des utilisateurs
– les chapitres 18 à 22, l’entrée en Bourse de Facebook et les rachats d’Instagram et WhatsApp ;
– les deux derniers chapitres sont dédiés au rôle de Facebook dans l’élection de Trump et au scandale Cambridge Analytica.

Mais sa démarche consiste aussi à croiser plusieurs sources et évaluer leur fiabilité afin d’éviter toute fake news.

Une biographie qui se veut objective et documentée

Lorsqu’on évoque l’histoire de Facebook, on pense forcément au film The Social Network de David Fincher. Mais prudence : ce film est basé sur des sources bien subjectives à l’instar de l’ouvrage The Accidental Billionaires: The Founding of Facebook, A Tale of Sex, Money, Genius and Betrayal issu du témoignage d’Eduardo Saverin. Cet ancien de Facebook, écarté du projet, a en effet décidé de conter sa version des faits au journaliste Ben Mezrich, mais son récit est lacunaire, subjectif et parfois même faux.

Un plan du film The Social Network, avec Jesse Eisenberg dans le rôle de Mark Zuckerberg en petit génie de l’informatique caricatural

Dans le film, Zuckerberg est friand de appletinis, un cocktail jus de pomme/vodka. Après la projection, le véritable Zuckerberg en commande en s’exclamant : « C’est la première fois que j’en bois un ! ». Un film peu fiable donc, et bâclé. Si Ichbiah le mentionne parfois, c’est uniquement pour le mettre en perspective avec la réalité.

Même s’il accuse les médias de se « complaire à […] monter en épingle » les propos issus des réseaux sociaux dans « une attitude quasi masochiste », Ichibah s’appuie pourtant sur eux pour sa biographie. Il se base sur de nombreux journaux : Business Insider, qui a publié en 2012 des échanges compromettants et inédits entre Zuckerberg et ses interlocuteurs, Forbes, Wired, en passant par des médias français comme Libération, sans évidemment oublier The Harvard Crimson… Celui-ci, journal officiel de Harvard, fait aujourd’hui office de chronique sur les débuts de Facemash puis TheFacebook.

En creux, une réflexion sur les nouveaux médias et leurs usages

En retraçant l’histoire de Mark Zuckerberg et Facebook, Daniel Ichbiah se fait aussi biographe des nouveaux médias et de la conquête du digital.

Dans les années 2010, M. Zuckerberg rachète Instagram puis WhatsApp. Ce qui pourrait s’apparenter à une simple course vers le chiffre est en fait plus complexe. Selon Ichbiah : « En réalité, Zuckerberg vient d’assoir sa mainmise sur les applications de communication pour mobiles. […] Si Google demeure numéro un sur les ordinateurs, Zuckerberg est l’incontestable numéro un sur les mobiles. »

L’auteur donne un avis tranché quant au système général dans lequel nous évoluons aujourd’hui. Pour lui, le scandale Cambridge Analytica est une conséquence, non une cause. Livrer des millions de données à des tiers est certes une faute monumentale, mais cette affaire est surtout le reflet des limites de nos pratiques actuelles. Ichbiah s’attarde notamment sur ce principe du « tout gratuit » sur Internet, cette illusion d’une liberté en réalité bien contraignante. Selon lui, la sécurité se paie, que ce soit dans la vie réelle ou virtuelle.

L’affaire Cambridge Analytica serait alors un levier, une occasion pour s’interroger sur nos pratiques médiatiques et les modifier en profondeur.

Une chute qui ne fait que commencer ?

Le portrait que Ichbiah peint de Zuckerberg est prometteur. Il souligne surtout les ambitions présidentielles naissantes de Zuckerberg ces dernières années.

L’affaire Cambridge Analytica lui a rappelé que l’on ne peut impunément jouer avec les données des utilisateurs tout en clamant vouloir les relier ensemble.

« Difficile d’écrire le mot « fin » sur une histoire qui évolue chaque semaine. », note Ichbiah. Cette biographie est non exhaustive : pour connaître la suite, rien de plus simple : il suffit de suivre l’actualité. On y verrait alors la chute de près de 7% de Facebook en Bourse en mars 2018 ; mais aussi la montée virulente du #DeleteFacebook avec notamment ces remarques incisives d’Elon Musk :

Les blessures qu’a infligé un tel scandale à Facebook sont loin de se refermer ; le développeur Six4Three’s pourrait bien aggraver la situation. En effet, il avait lancé l’application « Pikini » qui permettait de retrouver les photos de n’importe qui en maillot de bain. Comment ? En profitant de l’API de Facebook, revue depuis, qui autorisait les applications à accéder aux données de leurs utilisateurs, mais aussi à celles de tous leurs amis Facebook.

En 2015, Facebook change (heureusement) les réglages de confidentialité et Pikini ne peut plus fonctionner.
Dans le cadre de cette affaire exceptionnelle, le Parlement britannique s’est procuré des pièces confidentielles. Elles indiqueraient que Mark Zuckerberg et les hauts dirigeants de Facebook savaient depuis des années que les données des utilisateurs pouvaient être collectées par des tiers…

Qu’en retenir?

Cette biographie est donc instructive et se lit très facilement. Néanmoins certains sujets ont été éclipsés, comme le système de censure envers la nudité sur Facebook. De nombreuses œuvres ont été jugées impropres à la vue par les algorithmes du réseau social, sans véritables explications. Aucune mention non plus du facteur polluant des serveurs stockant les informations de ces milliards d’utilisateurs. On note cependant un très beau passage, page 252, sur toutes ces « femmes de » qui sont aussi des femmes tout court : Melinda Gates, développeuse de l’encyclopédie Encarta ; Laurene Powell, diplômée de la Wharton School et de Standford ; Anne Wojciki, fondatrice de 23andMe, une firme qui propose à tous l’analyse de son ADN ; et évidemment Priscilla Chan, diplômée de Harvard et de l’UCSF, qui œuvre pour de nombreuses causes humanitaires.

Daniel Ichbiah a fait force de recherche et d’analyse et offre ainsi au lecteur un récit vivant, clair, étayé d’anecdotes sans pour autant tomber dans un jugement moral facile. Le procès de Facebook se fait dans la vraie vie et non dans ce livre. Néanmoins, il donne ici un avant-goût de sa chute.

Julie MORVAN
SOURCES :
Livre :
ÉVIDEMMENT « Mark Zuckerberg – La biographie », Daniel Ichbiah, Éditions de La Martinière, 2018
Articles :

  • Jane Kanter, « How Facebook CEO Mark Zuckerberg could be humbled by a creepy bikini app «, Business
    Insider, 27/11/2018
    https://www.businessinsider.co.za/facebook-ceo-mark-zuckerberg-could-be-humbled-by-six4three-pikinis-
    2018-11
  • Issie Lapowsky, « Everything you need to know about Facebook’s UK drama », Wired, 27/11/2018
    https://www.wired.com/story/facebook-uk-hearing-drama-explained/
  • Tweet du Comité du Digital, de la Culture, des Médias et des Sports, @CommonsCMS, 27/11/2108
    https://twitter.com/CommonsCMS/status/1067380726142836736
  • Carole Cadwalladr, « Parliament seizes cache of Facebook internal papers
    « , The Observer, 24/11/2018
    https://www.theguardian.com/technology/2018/nov/24/mps-seize-cache-facebook-internal-papers
  • Chloe Watson, « The key moments from Mark Zuckerberg’s testimony to Congress
    « , The Guardian, 11/04/2018
    https://www.theguardian.com/technology/2018/apr/11/mark-zuckerbergs-testimony-to-congress-the-key-
    moments
  • « Meanwhile at the Coffee shop », chaîne YouTube « PikinisApp », 28/05/2013
    https://www.youtube.com/watch?v=Lj2NJFw_fYo&feature=youtu.be