Com & Société, Les Fast, Médias, Société

Fact-checking, fake news et faux fact-checking

Il a commencé à sévir en décembre 2019 et ne cesse de faire parler de lui. Dans cet article, on ne vous dira pas qu’il faut vous laver les mains vingt secondes. Dans cet article, on ne vous donnera pas non plus les astuces pour fabriquer son gel hydro-alcoolique (on vous déconseille). On ne vous conseillera pas non plus d’aller vider le stock des pâtes Panzani (cf Roland Barthes) ni celui du papier toilette.

Dans cet article, on vous fera un petit fact-checking autour de quelques rumeurs qui pullulent sur les médias, de quoi interroger notre rapport au vrai et au faux.
Les fake news qui ont circulé ces derniers temps nous ont envahi, nous ont, peut-être, nous aussi, trompés. Il est alors important de revenir sur certaines d’entre elles et de voir à quel point elles sont contagieuses (sans mauvais jeu de mot).

D’où vient-il ?

En fait, on ne sait pas et c’est ce qu’il faut retenir. Les titres d’articles induisent souvent des rapprochements trop rapides (origine = chauve-souris). Bien souvent, l’aspect conditionnel du contenu n’est pas prise en compte : l’information est relayée, comme un fait.

Chauve-souris, serpent ou pangolin ?

Pour faire simple, le virus serait parti d’un animal dit « réservoir », autrement dit un animal qui porte le virus sans être malade et qui peut le transmettre à ce qu’on appelle l’hôte intermédiaire – qui facilite la transmission du virus à l’Homme.
Le virus serait alors d’abord passé par la chauve souris – avec une histoire de génomes qui correspondent à 96%. La chauve souris aurait ensuite passé le virus au pangolin, animal extrêmement braconné en Chine. Encore une fois, ce ne sont que des suppositions et les preuves de l’implication potentielle du pangolin n’ont pas été publiées.
Si vous voulez comprendre l’histoire des génomes et séquences virales entre le pangolin et le virus, regardez cet article.

C’est plus/moins grave que la grippe ?

C’est un des sujets qui revient le plus. On entend et on lit beaucoup que, de toutes façons, ce n’est qu’une grosse grippe et qu’il n’en est pas plus mortel, qu’il y a beaucoup plus grave. Que celui-ci ne touche que des personnes faibles, autrement dit âgées et/ou souffrant de problèmes médicaux.

Une comparaison « stérile »

S’il y a des symptômes similaires, il est difficile de comptabiliser les cas contaminés et « on manque de recul » : la comparaison est alors facile et peu fiable. 

Si vous voulez voir pourquoi et avec des chiffres, c’est ici ou ici.

Le problème de cette comparaison, c’est que « l’argument de la grippe est en réalité un prétexte à l’inaction ». Minimiser n’aidera pas à ralentir la propagation du virus, encore moins si le message vient d’une personnalité publique. On a vu récemment, par exemple, le mea culpa de Michel Cymes : « J’ai probablement trop rassuré les Français ». 

Sans vous affoler, les chiffres officiels des personnes contaminées ne sont que la face visible de l’iceberg : on ne peut tester toutes les personnes atteintes. De ce fait, il est impossible de réellement quantifier l’impact.

Enfin, il est important de considérer ce coronavirus à sa juste mesure : il sera bénin dans la majeure partie des cas, mais personne n’est égal face à celui-ci. En somme, ne pas sous-estimer et ne pas paniquer/exagérer.

L’alcool, ça soigne ?

Alors ça soigne, si soigner c’est dormir indéfiniment. Donc, on ne vous conseille pas trop – tout comme ingérer de la javel, les détergents etc. Si vous vous ennuyez, allez voir ce que sont les Darwin Awards. 

Plus sérieusement, on a recensé 27 morts en Iran suite à une consommation d’alcool frelaté (= nocif). La rumeur disait que les boissons alcoolisées aidaient à guérir du coronavirus. Donc n’absorbez pas du méthanol. 

P.S. : la cocaine ne soigne pas non plus.

@brainmagazine

Qui croire ?

On a vu ces derniers jours apparaitre des messages venus d’ailleurs. Couvre-feu, amendes exorbitantes, durée du confinement… Les messages transmis massivement sur WhatsApp ou Messenger sont facilement reconnaissables, comme l’indique France Inter, et sont structurés. On y retrouve des arguments d’autorité (cela vient d’un professionnel de santé, du gouvernement…) et tous se ressemblent. À travers ce dispositif, tout un chacun peut s’ériger comme messager, détenteur de l’Information, ce qui n’est pas sans effet. On y croit ou pas, mais en tout cas bon nombre de personnes vont être prises au piège.

Alors qui croire ? Les sites sourcés, les sites officiels et pas ce qui sort de nulle part, d’un site douteux ou d’une photo qui a pu être trafiquée ou détournée… Vérifiez vos informations avant de les répandre.

Quelques sites de vérification : Les Décodeurs et AFP Factuel.

Pénurie ou pas pénurie ?

Pas de pénurie selon le ministre de l’Agriculture. Alors pas besoin d’acheter 6 paquets de 12 rouleaux de papier toilette. 

Par contre, il pourrait y avoir une pénurie de lits dans les hôpitaux et ça, c’est un autre sujet.

Est-ce qu’on peut être payé pour se faire injecter le virus ?

C’est à moitié vrai. On peut lire ces informations dans cet article par exemple et les titres portent à confusion (pour attirer l’attention ? se démarquer parmi une myriade d’articles ?). Non, le laboratoire britannique ne cherche pas à injecter le virus responsable du Covid-19 pour 4 000 euros. Oui, des volontaires sont recherchés afin d’être contaminés contre de l’argent, mais ces expériences se font sur un coronavirus « moins fort et moins dangereux » afin de trouver un vaccin transposable au Covid-19.

Est-ce que c’est un complot des États-Unis ? Un virus créé par les laboratoires ?

Et comme chaque crise est propice aux théories du complot, le Covid-19 en fait aussi les frais.

Ces résurgences rappellent à quel point le « processus de confiance » dans nos sociétés est « altéré », tant le flux d’information est vaste et tant nous en perdons individuellement le contrôle. À ce sujet, il est alors intéressant de regarder de plus près ces phénomènes de complot qui se répandent et clament le droit au doute : si, là encore, vous vous ennuyez, vous pouvez lire La démocratie des crédules par Gérald Bronner qui traite des liens entre sociétés, croyances, complots et systèmes médiatiques.

« La crédulité des croyants n’est pas le fait de la bêtise ou de l’insincérité. Pour l’essentiel, leur conviction ne tient pas à des forces irrationnelles, mais tout simplement au fait qu’ils ont des raisons de croire. Cela ne signifie pas qu’ils ont raison de croire, mais seulement qu’on comprend mieux leurs illusions une fois qu’on a tenté de reconstruire l’univers mental qui est le leur. » Gérald Bronner

Edit : Concernant la création du virus par un laboratoire, les théories se multiplient et circulent (voir cet article de Libération) mais celles-ci sont pour le moment largement réfutées.


La liste des fakes news à propos du Covid-19 n’est pas exhaustive : on vous invite à checker le guide de Le Monde et notamment la page des Décodeurs. On a aussi d’autres fake news ici, toujours France Inter si vous voulez savoir si n’importe quel type de masque peut arrêter le virus ou si le virus vit environ 12h sur des surfaces métalliques.

Les faux fact-checking

Enfin, on vous invite à interroger le phénomène des faux fact-checking – qui consistent à faire des fausses vérifications de vraies fake news. C’est une nouvelle stratégie qui voit le jour et qui semble encore plus mesquine que la simple écriture de fake news car, à première vue, l’information s’annonce comme vraie. Ce qui devait être une vérification devient un mensonge. La limite entre vérité et facticité disparaît. Qui croire, que croire ? Tout est possiblement propice au doute, et, par extension, aux théories du complot. 

Léonore Godet


Sources :

MORIN, Hervé. Le Monde. « Le pangolin a-t-il pu servir d’hôte intermédiaire ? », 07/02/20.

ANDRÉ, Jérémy. Le Point « Pourquoi il faut arrêter de comparer le coronavirus à la grippe », 03/02/20.

BALDACCHINO, Julien. France Inter. «« Message d’un ami médecin… » : ces conseils reçus par WhatsApp sur le coronavirus sont pleins de fake news », 14/03/20.

AUDUREAU, William, VAUDANO Maxime, SÉNÉCAT, Adrien, DAHYOT Agathe et MAAD Assma. Le Monde. « Coronavirus : notre guide pour distinguer les fausses rumeurs des vrais conseils ». Mis à jour le 16/03/20.

GOUSSARD, Thomas. CNEWS. « Attention aux faux fact-checking de vraies fake news » 11/03/20.

20  Minutes « En Iran, 27 morts après avoir pensé guérir du coronavirus en consommant de l’alcool » 10/03/20.

Photos 1 : https://www.20minutes.fr/high-tech/2728791-20200228-boire-alcool-tue-coronavirus-attention-fausse-capture-ecran

Laisser un commentaire