Dossiers et conférences

Une petite histoire de l’antihéros

La notion d’héroïsme est aussi ancestrale que nos mythologies les plus primitives. On ne peut clairement déceler sa genèse, qui doit remonter avant même la naissance du langage, suivie ensuite par l’émergence de l’écriture comme mode de transmission durable. Cette nécessité de se représenter un archétype de l’individu, afin de promouvoir une pratique sociale et culturelle normée, s’est conjuguée parallèlement à l’édification de l’antihéros. Celui-ci devait compléter un schéma dualiste et manichéen où le bien et le mal s’affrontent sans fin, à l’image d’un cycle naturel dont les premières incarnations furent le jour et la nuit, le ciel et la terre, le soleil et la lune, et bien sûr l’homme et la femme aussi, entre nombres d’autres émanations principalement issues du monde naturel.

1