Com & Société, Médias

Les gilets jaunes ou la guerre des clans : un traitement médiatique controversé


Initié sur les réseaux sociaux, le mouvement des gilets jaunes a vite pris de l’ampleur au point de devenir un phénomène surmédiatisé. Désormais, tout un chacun a eu l’opportunité de se forger sa propre idée du mouvement. Mais qu’en est-il du traitement par les médias et comment les personnalités politiques l’interprètent-elles ? Retour sur le rapport de force qui oppose trois entités plus que jamais en désaccord: le mouvement des gilets jaunes, les personnalités politiques ainsi que les médias.

Si le mouvement des gilets jaunes dispose d’une exposition importante à la télévision ou dans la presse, il s’agit surtout de comprendre comment le traitement de l’information, par ces médias mêmes, parvient à influencer la manière dont nous l’observons. Les experts, les personnalités politiques, les militants… Tous se succèdent sur les plateaux télévisés pour faire entendre leurs voix.

Les images des manifestations font l’objet d’un temps d’antenne très controversé.

La course pour l’influence

Les experts sont majoritairement dans l’analyse des faits et la tentative d’apporter une explication sur ce qu’il se passe. Leur parole spécialisée est questionnée par un méta-énonciateur : le présentateur du journal. Il semble se positionner comme un téléspectateur lambda dans l’unique but de poser des questions et d’éclaircir les rapports de force qui s’établissent.

On observe une prolifération des figures d’énonciation : plusieurs experts se succèdent pour apporter des analyses politiques, économiques ou encore culturelles. Leurs interventions sont importantes pour que le téléspectateur ait confiance en ce qui est raconté mais cela n’empêche pas une prise de position. La parole d’un expert est-elle réellement objective dans la mesure où elle accompagne souvent celle d’une personnalité politique ?

Du côté des personnalités politiques, deux camps s’affrontent. Si Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen sont des soutiens au mouvement, le gouvernement, quant à lui, ne cède pas. S’impose alors une guerre des chiffres concernant le nombre de manifestants.Sont-ils 300 000 ou 800 000 ? Dans l’incapacité de s’entendre sur ce sujet, on a afaire aussi bien à une minimisation qu’à une maximisation des chiffres. Au-delà d’une difficulté à chiffrer le nombre de personnes mobilisées, il s’agit d’une stratégie historique qui vise à réduire la légitimité du mouvement et inversement. Rappelons-nous de La Manif pour Tous pour laquelle nous comptions une différence de 300 000 à 1 000 000 de participants. Jusqu’à présent, le gouvernement peinait à qualifier le mouvement de « massif » et affirmait qu’il s’accompagnait de nombreux « casseurs ». L’utilisation répétée et volontaire de ces termes s’inscrit dans une stratégie discursive qui vise principalement à dévaloriser l’ampleur de la manifestation.

282 710 manifestants quand les militants revendiquent plus de 800 000 participants

Face aux discours préparés et travaillés des experts et des politiques, les militants, invités sur les plateaux télévisés, apportent leur version. Ils cherchent principalement à unir les téléspectateurs en jetant le discrédit sur les politiques publiques et l’autorité. Il s’agit d’une stratégie fondée sur l’identification et la recherche d’une unité populaire. Mais elle est à opposer à la capacité d’un politique à gagner la confiance de son audience.

Un rapport de force, un enjeu communicationnel

Un record pour le score de retombées médiatiques depuis La Manif Pour Tous

Initié sur les réseaux sociaux par de nombreuses vidéos d’appel à manifestation, le numérique constitue la principale arme du mouvement. Si ceci n’est pas sans rappeler la France Insoumise et son choix de passer massivement par les réseaux sociaux pour se faire entendre, ce choix est surtout dû à une certaine méfiance à l’égard des médias. Les gilets jaunes dénoncent un temps d’antenne insuffisant, la diffusion d’images qui ne représentent pas l’esprit du mouvement ou encore la « non-prise au sérieux » des revendications par les figures médiatiques. La situation s’aggrave étant donné que les agressions sur les reporters, par les gilets jaunes, se multiplient.

Ce qui est particulièrement fort dans cet événement c’est que le traitement médiatique est tout aussi condamné par les politiques que par les militants. En effet, Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des Comptes publics, a annoncé être agacé par les couvertures de BFM TV qui sensationnalisent le mouvement selon lui. Les deux camps semblent donc insatisfaits de la couverture médiatique. Trop de temps d’antenne pour les gilets jaunes ? Pas assez ? Encore une fois nous rentrons dans une logique de subjectivité que les figures médiatiques ont de plus en plus de mal à camoufler.

Enfin, cette situation laisse émerger un certain nombre de fake-news qui ont pour effet de troubler la véritable légitimité de la manifestation des gilets jaunes. Moins préparés à s’exprimer sur les plateaux télévisés, les gilets jaunes ne répondent pas toujours avec clarté sur les faits, cela contribue à renforcer la vision d’un mouvement de « casseurs ».

Néanmoins, l’enjeu est surtout de ne pas s’enfermer dans un discours propre à un seul média et ses invités. Il est facile de commettre cette erreur. D’ailleurs, tous les militants n’intègrent pas cet enjeu: d’oùles limites floues concernant les raisons du mouvement. D’autant plus que les figures d’énonciation des journaux télévisés semblent apporter un élément essentiel: l’expertise. Néanmoins, il ne faut pas confondre expertise et point de vue. Le premier terme se positionne davantage dans l’objectivité que le second. Il s’agit plutôt de croiser ses sources, d’écouter les voix de chacun et seulement alors d’en tirer des conclusions.

Vincent MULLER

Sources :
  • 20 Minutes, Pourquoi une telle différence de traitement médiatique entre gilets jaunes et nous toutes, https://www.20minutes.fr/arts-stars/medias/2380199-20181125-pourquoi-telle-difference-traitement-mediatique-entre-gilets-jaunes-noustoutes
  • Valeurs Actuelles, Gilets jaunes : le gouvernement s’agace du traitement médiatique, https://www.valeursactuelles.com/politique/gilets-jaunes-le-gouvernement-sagace-du-traitement-mediatique-100931
  • France Info, désintox : gilets jaunes, un nombre de manifestants toujours flou, https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/desintox-gilets-jaunes-un-nombre-de-manifestants-toujours-flou_3046541.html
  • 20 Minutes, Gilets jaunes : un nombre de manifestants revu à la baisse, https://www.20minutes.fr/societe/2378915-20181123-gilets-jaunes-paris-nombre-manifestants-attendus-revu-baisse
  • Le Parisien, Journalistes agressés : pourquoi certains gilets jaunes haïssent-ils les médias ? http://www.leparisien.fr/societe/journalistes-agresses-pourquoi-certains-gilets-jaunes-haissent-ils-les-medias-26-11-2018-7954131.php
  • Eliseo VERÓN, article «Il est là, je le vois, il me parle »
Tags:

Laisser un commentaire