Logo de FastNCurious L'actualité
de la communication
par les étudiants
du Celsa.

Trottinettes électriques : la mobilité made in California


Depuis près de six mois, les grandes agglomérations françaises voient leurs chaussées envahies par des myriades de petits bolides électriques. Ces nouveaux venus dans l’environnement urbain rejoignent les vélos, trottinettes mécaniques, gyropodes, overboard regroupés sous l’acronyme EDP, pour Engin de Déplacement Personnel.


Le secteur à peine sorti de terre pèse déjà lourd (près de deux millions d’unités vendues – dont plus de la moitié motorisées – et un CA de plus de 200 millions d’euros en 2017) et se trouve une voix : la Fédération des Professionnels de la Micro-Mobilité.
La majorité des trottinettes en circulation sont louées en free-floating (des véhicules non rattachés à une borne offrant la possibilité à l’usager de les laisser là où bon lui semble). Deux acteurs se partagent l’essentiel du marché : Lime et Bird, des start-up nées en Californie il y a moins de deux ans. Face à cet engouement, l’Etat est à la traîne : aucun texte n’encadre explicitement la pratique de ces nouveaux modes de transport. Toutefois, la catégorie EDP sera bientôt intégrée à la Loi d’Orientation sur les Mobilités (LOM) votée en 2019.

Une pratique ubérisée

Le principe des trottinettes en free-floating invite à l’exploration : à l’aide de la géolocalisation de son téléphone, l’usager rejoint le véhicule le plus proche. Mais la chasse s’avère parfois vaine : entre les deux-roues déchargés, ceux dissimulés derrière des portes cochères, la trottinette se laisse difficilement capturer. Il n’est pas rare non plus d’arriver trop tard et de voir sa proie s’échapper au loin aux mains d’un autre rider.
Une fois les batteries des engins à plat, des juicers sont chargés de les récolter pour les recharger à domicile. Rémunérés à l’unité, ces auto-entrepreneurs n’hésitent pas à accomplir leur besogne en 4×4 (remettant par là en péril la prétendue vertu écologique des véhicules défendue par les marques). Aussi, chaque trottinette se voit attribuer un prix qui croît en fonction de sa difficulté d’accès. Ce système d’enchères entre en résonnance directe avec la métaphore cynégétique développée plus haut : les juicers, ces nouveaux chasseurs de primes.

Un retour à l’enfance le temps d’un trajet

Si la tendance trottinettes en free-floating est liée à l’ubérisation des services, l’objet en lui-même renvoie à l’enfance, le temps des courses-poursuites et des premières gamelles… La ville est pensée ici comme un terrain de jeu : les usagers se mettent à la recherche de leur trottinette, déambulant dans les rues, leurs téléphones vissés à la main. Une fois sur le véhicule, emportés par l’euphorie de l’instant, les riders slaloment entre les voitures, manquent de renverser les piétons… Les acteurs du secteur abondent dans ce sens en proposant des applications colorées, intuitives, ludiques et des appareils faciles à prendre en main.

Capture d’écran de l’application Lime

Ainsi, le succès de la trottinette s’inscrit avec évidence dans un processus d’infantilisation de la société dénoncé entre autres par M. Onfray qui évoquait, en 2016 sur Europe 1, des « grands enfants sur des trottinettes en train d’écouter des trucs avec des écouteurs et avec des tatouages partout ».

Une composante d’un lifestyle urbain

L’essor des engins de mobilité personnelle ne vient pas seulement du fait des politiques anti-voitures des agglomérations ou d’une nostalgie collective pour l’enfance. Comme le souligne Mathieu Flonneau, historien des mobilités à l’Université Paris Sorbonne, dans L’Express, la trottinette s’inscrit également dans « une culture de la glisse urbaine venue de Californie dans les années 1980, et à laquelle les technologies numériques ont donné une toute autre dimension ». L’imaginaire que transporte avec eux ces bolides est un concentré d’insouciance, de liberté et de cool. Lime et Bird dans leurs prises de parole respectives insistent particulièrement sur ces notions en soulignant la facilité d’utilisation des machines et de l’application, et la liberté gagnée par l’usager. En somme, on achète ou on loue un Californian way of life. Ou bien, pour transposer l’analyse de la publicité Panzani de Roland Barthes et le concept d’italianité*, une certaine californité.

Photo d’une influenceuse Instagram

Toujours dans l’article de l’Express, Jack Levy, chercheur au sein du pôle Post Car World du laboratoire suisse Côros indique que le phénomène trottinette est aussi le reflet « d’une société de l’accès dans laquelle nous nous centrons davantage sur le déplacement et sur les sensations physiques qu’il nous procure que sur la possession des véhicules ». L’expérience de marque, IRL.
Alors, la trottinette, phénomène de mode, ou tendance profonde ? Moquée par les uns, pratiquée par les autres, la trottinette rejoindra peut-être rapidement le Panthéon de la mobilité. Toutefois, dans des villes toujours plus étendues et des temps de trajet rallongés, le secteur de la micro-mobilité n’a pas fini de croître. Ainsi, les start-up et les constructeurs automobiles s’attachent à rendre la ville plus accessible à coup d’innovations mais surtout d’emprunts aux moyens de transport ayant déjà fait leurs preuves par le passé. La mode n’étant qu’éternel recommencement, vous vous rendrez peut-être demain au boulot en chaussures Heely’s.

Kylian Duguey
https://www.linkedin.com/in/kylianduguey/

* Dans son analyse sémiotique de l’affiche publicitaire Panzani de 1964 Barthes soulignait le fait que le message du fabricant de pâtes évoque, avec la multitude de signes qui composent la création, non pas l’Italie, mais plutôt l’italianité c’est à dire « un savoir proprement français fondé sur la connaissance touristique de certains stéréotypes ».

Sources
Influencia.net. Micro mobilité, maxi anarchie.
http://www.influencia.net/fr/actualites/media-com,tendances,micro-mobilite-maxi-anarchie,8791.html
L’express.fr. Trotinette, monoroues, skateboard électriques : la roue réinventée
https://www.lexpress.fr/actualite/societe/trottinettes-monoroues-skateboards-electriques-la-roue-reinventee_1947316.html
L’ADN. Vélos et trotinette nous simplifie la ville ! Euh… vous êtes sûrs ?
https://www.ladn.eu/tech-a-suivre/velos-trottinettes-freefloating-cauchemar-chaos-urbain/
« On joue les rapaces » : on a discuté avec un chargeur de trottinettes électriques Lime et Bird.
https://www.numerama.com/tech/425113-on-joue-les-rapaces-on-a-discute-avec-un-chargeur-de-trottinettes-electriques-lime-et-bird.html
La trottinette électrique, véhicule du Malin
https://www.lexpress.fr/actualite/societe/la-trottinette-electrique-vehicule-du-malin_2043662.html
Et l’ubérisation créa l’humain chargeur de trottinette
https://www.marianne.net/societe/et-l-uberisation-crea-l-humain-chargeur-de-trottinettes-electriques-paye-la-trottinette
La virulente charge de Michel Onfray contre les adultes en trottinette
https://www.lexpress.fr/actualite/medias/la-virulente-charge-de-michel-onfray-contre-les-adultes-en-trottinette_1825938.html
Analyser les discours publicitaires. BERTHELOT-GUIET Karine. Edition Armand Colin, Paris, 2015.

Sources images :
Groupon.fr
Instagram
Capture d’écran de l’application Lime.